Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Villes moyennes : des dépenses de fonctionnement maîtrisées, un investissement en forte hausse

Publié le 05/12/2013 • Par Raphaël Richard • dans : Actualité Club finances, France

moobje-div-083-058_Web
Phovoir
L’Observatoire des finances locales des villes moyennes a présenté, le 5 décembre 2013, les chiffres 2012 qui démontrent une certaine maîtrise des dépenses de fonctionnement (+ 1,2 %) et un grand dynamisme de l’investissement (+ 7,2 %) des communes entre 20 000 et 100 000 habitants. Du fait de recettes en baisse, la Fédération des villes moyennes (FVM) estime que les collectivités ont une « équation intenable » à résoudre.

Souvent critiqué pour ses dépenses de fonctionnement, l’échelon communal affichait une hausse de 2,2 % l’an passé selon le rapport de l’Observatoire des finances locales.
Son pendant pour les villes moyennes(1) ne rapporte lui qu’une hausse de 1,2 % (6,6 milliards d’euros), démontrant une certaine maîtrise des communes de cette taille. Une maîtrise inscrite dans le temps puisque celles-ci ont affiché des évolutions de + 1,1 % en 2009, de + 0,9 % en 2010 et de + 1,3 % en 2011.

Si les charges à caractère général (+ 2,4 %) et financières (+ 3,7 %), notamment l’intérêt de le dette (+ 4,7 %), ont tiré ce chiffre vers le haut, les principales dépenses courantes, celles de personnels (3,7 milliards d’euros), n’ont enregistré que + 1,3 %, contre + 2,6 % pour l’ensemble des communes.
Dans ce domaine, l’observatoire estime que les effectifs ont « peut-être légèrement diminué » ces dernières années, la hausse des dépenses de personnels s’expliquant donc par des mesures liées au point d’indice ou à l’avancement et non par des recrutements.

« Instabilité » du paysage fiscal – Le + 1,2 % des dépenses de fonctionnement est à mettre en parallèle aux recettes de ce type qui n’ont augmenté que 1,0 % l’an passé.
Si la principale ressource, la fiscalité, croit de 2,4 % malgré la chute de plus de 12 % des droits de mutation à titre onéreux, les dotations et participations d’Etat sont en repli de 0,2 % et les produits des transferts des groupements de 1,2 %.

« L’instabilité du paysage fiscal est un véritable problème pour les collectivités, remarque Christian Pierret, président de la FVM, il y a une nécessité de fixer les choses le plus vite possible. »
Et la réforme annoncée pour le gouvernement à ce sujet ne fait rien espérer à cet échelon : « il n’y a rien à attendre pour les collectivités de la réforme fiscale », observe Pierre Méhaignerie, maire de Vitré.

Fort investissement – Les villes moyennes sont en revanche largement au-dessus des moyennes françaises concernant les dépenses d’investissement, avec une croissance de 7,2 % (hors dette) en 2012 à près de 2 milliards d’euros – porté par des recettes dynamiques – qui tranche avec les + 3,3 % au niveau de l’ensemble des communes.
La tendance au repli est toutefois générale, puisque les communes entre 20 000 et 100 000 habitants ont modéré leurs velléités après le + 14,4 % enregistré en 2011, qui suit toutefois 3 premières années de mandats marquées par un recul, parfois important, en la matière.

Source : Observatoire des finances des villes moyennes (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Source : Observatoire des finances des villes moyennes 2013 (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Le volume d’emprunts nouveaux a d’ailleurs varié de + 26,5 % (gestion active de la dette comprise) il y a 2 ans et de – 4,1 % l’an passé (2,577 milliards d’euros).
Plus inquiétant, l’épargne brute qui s’est contractée (- 0,4 %) après un impressionnant + 8,4 % entre 2010 et 2011. L’annuité de la dette augmente quant à elle de 3,4 % en 2012, fleurant les 800 millions d’euros.

« Nous n’avons plus de marge de manœuvre fiscale, alerte Christian Pierret, nous ne savons pas comment nous allons boucler les budgets 2015. »
Une inquiétude qui dépasse bien entendu le seul cadre des villes moyennes.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Dont les chiffres reposent sur l’analyse de 148 villes. Retour au texte

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Villes moyennes : des dépenses de fonctionnement maîtrisées, un investissement en forte hausse

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement