Aménagement du territoire

La Moselle maintient le cap de sa boucle locale

Par • Club : Club Techni.Cités
print LinkedIn

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Loin de décourager le conseil général de la Moselle, les récents déboires des opérateurs de la téléphonie le confortent dans son projet de constituer, d’ici à 2004, une boucle locale à haut débit de 510 kilomètres, dont 438 km le long des routes départementales. Courant septembre, la collectivité déposera les statuts de la société d’économie mixte ID Moselle, qui pilotera le projet et assurera, à terme, la commercialisation de la mise à disposition des fourreaux auprès des opérateurs intéressés. La boucle locale, qui comprendra 4 à 5 fourreaux, mobilisera un investissement de 66 millions d’euros pour placer chaque habitant de la Moselle à moins de 15 kilomètres d’un point de raccordement. « Les opérateurs, qui ont de plus en plus de difficulté à investir dans de nouvelles infrastructures, privilégient celles qui existent et investissent sur l’offre de service. Leur besoin de retour sur investissement rapide les incline tout naturellement à privilégier les zones économiques les plus rentables. Les collectivités territoriales ont donc toute légitimité à intervenir pour prévenir la fracture numérique », estime Jean-Christophe N’Guyen, responsable des services informatiques du conseil général. Une étude de géomarketing doit permettre d’analyser le développement des services associés au haut débit. Parmi les premières utilisations de la boucle figurent l’imagerie médicale et la dématérialisation de certains formulaires administratifs dorénavant échangés par internet. Interconnectable aux autres boucles locales existantes ou en projet – dont celles de la Communauté urbaine du grand Nancy et le projet de réseau transfrontalier Quattropôle, le réseau à haut débit mosellan pourrait aussi trouver des applications dans la zone industrielle transfrontalière en gestation sur l’Eurozone de Forbach.
Pascale Braun

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Comment les élus du littoral font face au changement climatique

    Les maires élus pour une nouvelle mandature de 6 ans seront confrontés aux enjeux de l’organisation de leur ville ou commune et de considérations environnementales. Cet été nous vous proposons de (re)lire des articles de Techni.Cités liés à ces thématiques ...

  • Zéro artificialisation nette, un objectif flou

    Les maires élus pour une nouvelle mandature de 6 ans seront confrontés aux enjeux de l’organisation de leur ville ou commune et de considérations environnementales. Cet été, pendant 5 semaines, nous vous proposons de (re)lire des articles de Techni.Cités liés ...

  • Biodéchets : une généralisation sur les chapeaux de roues

    Les maires élus pour une nouvelle mandature de 6 ans seront confrontés aux enjeux de l’organisation de leur ville ou commune et de considérations environnementales. Cet été, pendant 5 semaines, nous vous proposons de (re)lire des articles de Techni.Cités liés ...

  • Lyon dresse le bilan de la piétonnisation du centre-ville

    Les maires élus pour une nouvelle mandature de 6 ans seront confrontés aux enjeux de l’organisation de leur ville ou commune et de considérations environnementales. Cet été, pendant 5 semaines, nous vous proposons de (re)lire des articles de Techni.Cités liés ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP