Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Protection de l'enfance

« La définition de l’information préoccupante ne correspond pas à notre pratique » – Antoine Guillet, vice-président de l’ANAS

Publié le 21/11/2013 • Par Sophie Le Gall • dans : Actu prévention sécurité, France

antoine guillet
Valerio Vincenzo
Antoine Guillet, vice-président de l'Association nationale des assistants de service social (ANAS), réagit à la définition de « l'information préoccupante » contenue dans un décret du 7 novembre 2013. Un texte qui paraît six ans et demi après la loi du 5 mars 2007 relative à la protection de l'enfance.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un décret du 7 novembre 2013 définit l’information préoccupante comme « une information transmise à la cellule départementale d’évaluation pour alerter sur la situation d’un mineur, bénéficiant ou non d’un accompagnement, pouvant laisser craindre que sa santé, sa sécurité ou sa moralité sont en danger ou en risque de l’être ou que les conditions de son éducation ou de son développement sont gravement compromises ou en risque de l’être ». Comment appréciez-vous cette définition ?

C’est, globalement, une déception. Certes, elle donne un point de repère, mais elle n’apporte pas plus que les essais de définition précédents, notamment celle du guide ministériel qui a accompagné la loi du 5 mars 2007 relative à la protection de l’enfance.

Rappelons que l’information préoccupante et sa transmission entre départements ne concernent qu’une infime part des familles et que sa promotion pourrait inciter à davantage de défiance à l’égard des travailleurs sociaux. Également, que les départements avaient déjà les moyens d’intervenir en ayant la possibilité de saisir le procureur de la République. Avec cette définition et son corollaire, soit l’organisation de la transmission d’informations entre départements, on franchit une ligne rouge en s’immisçant dans la vie privée.

Qu’auriez-vous souhaité ?

Au moins, qu’il y ait deux définitions : l’une pour le citoyen qui s’interrogerait sur le cas d’un enfant, l’autre pour le professionnel. Les mots de la définition « alerter sur la situation d’un mineur (…) pouvant laisser craindre… » ne peuvent pas concerner les professionnels qui n’agissent certainement pas par crainte et qui interviennent seulement après un sérieux travail d’évaluation.

Vraiment, cette définition ne correspond pas à nos pratiques. Heureusement, elle ne nous empêche pas d’apprécier la loi du 5 mars 2007 relative à la protection de l’enfance dans son ensemble, et ses apports positifs comme la notion de partage du secret entre professionnels ou l’introduction de l’entretien du 4ème mois de grossesse.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La définition de l’information préoccupante ne correspond pas à notre pratique » – Antoine Guillet, vice-président de l’ANAS

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement