Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion des services : le mode choisi a peu d’importance, sauf dans certains domaines

Publié le 19/11/2013 • Par Agathe Vovard • dans : Dossiers d'actualité

Dernier enseignement notable du baromètre : les Français ne semblent pas hostiles à une gestion privée, sauf concernant certains services... particulièrement ceux où la sécurité des citoyens peut être engagée en cas de défaillance ou de malveillance du prestataire.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

48 % des sondés sont défavorables à une gestion par un organisme privé dans le secteur de la sécurité. Le même taux de défiance est constaté pour le service public de l’eau.

Enjeu politique – « C’est un domaine où la communication des collectivités s’est développée, toutes opinions politiques confondues, analyse Stéphane Saint-Pol,enseignant-chercheur associé à l’IAE de Lille. Depuis deux ou trois ans, on parle beaucoup de la municipalisation de l’eau, le public y est très sensibilisé. » Ce service public ne fait pas l’objet d’un débat seulement de spécialistes, c’est devenu un débat public et… un enjeu politique.

« Tous enfants de l’état civil » – La gestion privée n’est pas non plus, par ailleurs, plébiscitée pour la restauration scolaire ni pour le chauffage urbain. Et c’est l’état civil qui obtient la plus forte proportion d’avis défavorables (60 %). « Ce service touche à l’intimité. Nous sommes tous les enfants de l’état civil. Il existe un attachement fort à ce service public », souligne Stéphane Saint-Pol.

Au contraire, concernant les crèches, les personnes favorables à une gestion privée sont plus nombreuses (36 %) que celles se prononçant contre (31 %). « Les répondants ne sont pas obligatoirement des parents de jeunes enfants », tempère Stéphane Saint-Pol. Et il est vrai que les organismes privés se sont très fortement multipliés dans le secteur de la petite enfance.

Un tiers ni pour ni contre – Enfin, les panélistes ne sont pas très attachés aux modes de gestion choisis dans leur ville, ou pas conscients des enjeux qui y sont attachés. Dans la plupart des services cités par le baromètre, environ un tiers ne sont ni favorables ni défavorables à une délégation de service public (32 % dans le cas des transports, 29 % concernant la restauration scolaire, etc.).

En matière de propreté, par exemple, 35 % sont favorables à une gestion privée et 37 % y sont défavorables. Les Français ne semblent pas se prononcer non plus pour un mode de gestion plutôt qu’un autre dans le secteur des transports (35 % de personnes sont défavorables à une gestion privée, 33 % y sont favorables).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Une très grande diversité

Un atlas de la gestion des services publics locaux dans les grandes villes, diffusé en septembre 2013, montre qu’il n’existe pas de tendance générale en faveur de la régie ou de la gestion privée. Et aucun service public n’est entièrement délégué ou en gestion directe.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gestion des services : le mode choisi a peu d’importance, sauf dans certains domaines

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement