Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Armement

Corbeil-Essonnes : la police municipale essuie des tirs, polémique avec la police nationale

Publié le 18/11/2013 • Par avec l'AFP Hugo Soutra • dans : Actu prévention sécurité

VehiculePM_BeaglouProd Flickr
BeaglouProd (Flickr)
Des policiers municipaux ont essuyé des coups de feu vendredi 15 novembre dans une cité de Corbeil-Essonnes. L'un d'entre eux a été légèrement blessé à l'aine, sans que la balle ne l'ait pénétré pour autant. Un syndicat de policiers municipaux pointe la mauvaise coordination avec la police nationale, la DDSP dément formellement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Trois fonctionnaires de la police municipale de Corbeil-Essonnes procédant à l’enlèvement de deux véhicules stationnés sur la chaussée et gênant le passage d’un camion, vendredi 15 novembre au matin dans la cité sensible des Tarterets, ont été pris pour cible.

Ils ont dû essuyer cinq tirs de carabine à plomb, de la part d’un ou de plusieurs tireurs « vraisemblablement embusqués dans les étages des immeubles voisins » explique l’édition départementale du quotidien Le Parisien.

L’armement ? « Une nécessité » – « Ils n’ont pas vu le nombre d’agresseurs. Ils ont juste eu le temps de se protéger derrière des voitures », indique une source policière. « L’un d’entre eux a été légèrement blessé et les agresseurs sont toujours recherchés », ajoute-t-elle.
Touché à l’aine par l’un des projectiles, « son uniforme a été percé, mais la bille a dévié et n’a pas pénétré la chair. En revanche, la voiture a été criblée de billes de plomb » continue Le Parisien.

Dénonçant que « les moyens de protection et de défense des policiers municipaux [soient] laissés au pragmatisme des maires », l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux interroge : « combien faudra-t-il de victimes dans nos rangs pour que les décideurs fassent réellement preuve de pragmatisme ? Revendiquer moyens de protection et de défense pour tous les policiers municipaux n’est pas un caprice mais une nécessité. »

Passe d’armes sur la coordination entre polices

Selon le syndicat de policiers SNPM-FO, les policiers municipaux ont aussitôt demandé des renforts à leurs collègues de la police nationale. « Pas de véhicule disponible » leur aurait alors assuré le commissariat, indiquent-ils dans un courrier transmis à l’AFP.
La direction départementale de la sécurité publique (DDSP) et les syndicats Unité-SGP Police et Alliance affirment au contraire que la police nationale se serait rendue sur les lieux dans les quinze minutes. « A leur arrivée, il semble que les fonctionnaires municipaux avaient déjà quitté les lieux », se justifie Alliance dans un communiqué.

Des moyens radios commun ? – Le SNPM-FO a annoncé demander prochainement l’ouverture d’une enquête administrative, dénonçant le manque de collaboration entre les forces de l’ordre.
« A l’heure des nouvelles conventions de coordination, il est indispensable de mettre à disposition de tous des moyens et notamment des moyens de liaison radio, communs à la police nationale et à la police municipale, afin que chacun puisse être informé en temps réel des évènements qui ont lieu sur un même territoire pour intervenir le plus rapidement possible » réclame pour sa part Jean-Louis Del Pistoia, directeur de la communication de l’USPPM.

Ce fait-divers illustre une nouvelle fois la dangerosité du métier de police municipale, sur fond d’articulation entre forces nationales et forces municipales de police recouvrant une rivalité entre l’Etat et les collectivités locales.
Le rôle « complémentaire » des policiers municipaux devrait théoriquement être arrêté dans des conventions de coordination – fixant les missions distinctes et complémentaires des deux corps – mais la réalité est moins nette, dénoncent syndicats et élus.

Régions

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Corbeil-Essonnes : la police municipale essuie des tirs, polémique avec la police nationale

Votre e-mail ne sera pas publié

USPPM

18/11/2013 09h24

Chèr(e)s Internautes,

Il est faut de soutenir qu’il existerait des difficultés à cerner les missions qui sont de celles des policiers municipaux , les maires et les syndicats de police ne sauraient l’affirmer.
Les prérogatives des policiers muniicpaux sont clairement définies par le CGCT ce depuis toujours et les lois qui leurs sont propres.
Ce sont les emplois non conformes à la loi de la police municipale, qui sont bien souvent le fait des élus locaux pris en défaut qu’il faut combattre et force de constater de l’absence de courage politique à ce sujet.
En ce qui concerne l’intervention des policiers nationaux à Corbeil Essonne, s’ils affirment s’être déplacés et que les policiers municipaux à leur arrivée avaient quitté les lieux, l’on peut aisément comprendre que s’il devait leur avoir été répondu à leur demande de renfort qu’aucun équipage n’était disponible, ils aient jugé préférable de quitter les lieux.
Le syndicat USPPM a demandé tout comme le SNPM qu’une enquête interne soit ouverte pour faire toute la lumière, ce sans aucun esprit polémique, ni dans le but d’entretenir une guerre d’un autre temps et au delà a demandé à Monsieur le Maire de Corbeil Essonne d’envisager que l’ensemble des conversations téléphoniques tant sortantes qu’entrantes au poste de police municipale soient désormais enregistrées, un dispositif qui pourrait s’avérer utile dans certaines situations.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement