Transports

Les collectivités vendéennes remettent la main à leur portefeuille pour garder le TGV

Par • Club : Club Techni.Cités
print LinkedIn Google Plus

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La Vendée est parvenue à conserver sa desserte par TGV jusqu’en septembre
2005 mais la facture augmente fortement pour les collectivités locales :
leur subvention annuelle passera de 2,3 à 3,6 millions d’euros. La SNCF
avait accepté, en mai 2000, d’ouvrir une ligne TGV entre Paris et la station
balnéaire des Sables d’Olonne via La Roche-sur-Yon, des locomotives diesel
tractant à partir de Nantes les rames TGV sur une voie non électrifiée.
Malgré une fréquentation supérieure aux prévisions, la compagnie avait
annoncé en juillet sa décision de mettre fin à l’expérimentation, invoquant
un déficit d’exploitation de 3,8 millions d’euros dont 1,5 million à sa
charge. Sauf à ce que les collectivités (région, département et communes)
contribuent à son maintien par le versement d’une participation portée à 5
millions d’euros. Finalement, les parties se sont entendues sur 3,6
millions. L’électrification de la ligne est prévue pour 2007 dans le cadre
du contrat de plan Etat/région.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP