Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sondage exclusif Gazette

Surcoût de 10 à 30% pour les communes qui ont appliqué la réforme des rythmes scolaires

Publié le 13/11/2013 • Par Stéphanie Marseille • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

enquete_rythmes_une
La Gazette
A l’heure où les syndicats enseignants estiment que le gouvernement ne répond qu’aux collectivités, le sondage exclusif de la Gazette souligne les efforts déployés par les communes pour porter une réforme dite scolaire.

Cet article fait partie du dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

Quelques 288 communes ont accepté de répondre au sondage de la Gazette des communes sur l’application de la réforme des rythmes chez elles.

Première surprise : à 83%, il s’agit de novices en matière d’aménagement des temps de l’enfant, seules 9% des répondants avaient testé la semaine de 4,5 jours ou un dispositif comme l’ARVEJ. Une courte majorité avait cependant déjà mis en place un projet éducatif local (51%, contre 41% sans PEL).

Un surcoût réel

La réforme des rythmes scolaires coûte-t-elle cher aux collectivités ? La réponse est écrasante : 79% d’entre elles estiment que oui, contre 13% de réponses négatives.

Le surcoût est modéré chez 14% d’entre elles, mais 51% des répondants évaluent un surcoût de la réforme oscillant entre 10 et 30% ; pour 19% des répondants, le curseur se place entre 30 et 50% de charges supplémentaires et, pour une minorité de communes (7%), le surcoût dépasse les 50%.

Autant de réponses qui expliquent les attentes des collectivités sur la pérennisation des financements d’Etat et sur l’accès aux prestations de la CAF.

finances_rythmes

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Enfantement dans la douleur

En septembre 2013, 4000 pionnières ont ouvert à la voix. Mais à quel prix ? 39% des répondants témoignent d’une réforme plutôt douloureuse à mettre en oeuvre et 25% affirment carrément qu’elle le fut.

Au nombre des motifs de souffrance, les villes listent, par ordre d’importance : le recrutement et la formation des animateurs (73%), le travail intensif pendant l’été (58%), la réorganisation des directions (37%), les conflits sociaux avec les Atsem ou les animateurs (27%).

Ce dernier point est d’ailleurs à nuancer, car 70% des répondants soulignent cependant n’avoir connu aucun conflit social avec leurs agents : seules 17% des collectivités ont connu un conflit social avec les animateurs, 15% avec les ATSEM et 11% avec les personnels d’entretien. Reste à voir si ces résultats se retrouveront lors de la grève commune aux enseignants et agents territoriaux le 14 novembre.

difficultes_rythmes

Cliquez sur l’image pour l’agrandir 

Comment expliquer une telle souffrance ? C’est que les pionnières n’ont eu que quelques mois pour préparer la rentrée 2013. Il leur a donc fallu mener de front les concertations avec les enseignants, les parents et leurs agents, en tirer un projet d’organisation des temps à soumettre au DASEN, élaborer le projet éducatif territorial, imaginer le contenu des activités périscolaires supplémentaires, déterminer la façon dont les enfants s’y inscrivent, trancher sur leur gratuité, anticiper les besoins en encadrement, tisser ou renouer des liens avec les associations locales, recruter les animateurs qui faisaient défaut, les former quelque peu, anticiper les questions des parents et la nécessité de mettre en place un agent dédié à la coordination de la réforme…
Puis, dès le premier jour de la rentrée, ajuster en temps réel, les inévitables problèmes logistiques. La cadence intense des différentes étapes à franchir pour être prêt en un an a donc laissé des traces.

Concertations fructueuses

Si l’application de la réforme a suscité peu de conflits en interne, elle n’est cependant pas exempte de conflits entre la ville et ses partenaires.
Certes, 41% des répondants affirment n’avoir rencontré aucune friction, mais 43% des communes se sont heurtées aux parents d’élèves, 37% d’entre elles ont eu maille à partir avec les équipes enseignantes et 23%, avec les directeurs d’école.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Face à ces tensions, les démarches de concertation semblent avoir porté leurs fruits. Elles ont été mises en place dans 76% des cas avec les parents d’élèves et les conseils d’école, dans 67% des cas avec les directeurs d’école et 62% des cas avec les équipes enseignants, dans 48% des cas avec les associations. Avec des résultats jugés satisfaisants : 28% des villes affirment avoir atteint un consensus, 49% en être plutôt proches.

Une minorité de communes se heurtent à une impasse : dans 8% des cas, la concertation n’a pas permis d’atteindre un consensus et 15% d’entre elles ne sont pas satisfaites du résultat.

On retiendra que 52% des communes enregistrent une franche amélioration de la qualité du dialogue avec leurs partenaires locaux et 42% une amélioration satisfaisante.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’impact de la réforme sur les relations des communes avec le tissu associatif local semble plus ambigu : dans 11% des cas, l’effet fut nettement positif et les liens se sont améliorés dans 40% des villes, mais les relations se sont distendues dans 30% des communes et dégradées dans 20% des villes. Enfin, l’application de la réforme semble sans incidence sur les relations avec la CAF dans la vaste majorité des collectivités.

La clé de l’évaluation

A l’heure où fleurissent les missions d’information sur les conséquences de la réforme des rythmes et où, plus que jamais, sont attendues les préconisations du comité de suivi national de la réforme des rythmes au ministre de l’Education, peu de villes négligent la mise sur pied d’une forme d’évaluation de leur démarche. Seules 16% comptent s’en exempter : 12% l’ont déjà mise en place, 32% sont en train de le faire et 33% des villes y réfléchissent.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Tous les résultats de notre enquête

Cet article fait partie du Dossier

Rythmes scolaires : les communes à l'heure des choix

Sommaire du dossier

  1. Temps périscolaires : les communes peu convaincues par le « Plan mercredi »
  2. Un nouvel outil pour accompagner le plan Mercredi
  3. Une rentrée scolaire sous le signe assumé du pragmatisme
  4. Rythmes scolaires: le retour en force de la semaine de quatre jours d’école
  5. Les conséquences du retour de la semaine de quatre jours d’école
  6. Retour à la semaine de 4 jours : vraiment une source d’économie pour les communes ?
  7. Rythmes scolaires : le décret d’assouplissement publié, malgré les oppositions
  8. Rythmes scolaires : entre remise en cause et stabilité
  9. Assouplie, la réforme des rythmes scolaires reste obligatoire
  10. Rythmes scolaires : une réforme génératrice d’inégalités ?
  11. Rythmes scolaires : clichés et contre-vérités passés au crible
  12. Les animateurs, grands oubliés de la réforme des rythmes scolaires ?
  13. Financement des rythmes scolaires : les mauvaises manières du gouvernement
  14. Rythmes scolaires : élus et techniciens mécontents de voir le fonds de soutien lié au PEDT
  15. Rythmes scolaires : le virage à 180 degrés du ministère de l’Education nationale
  16. Rythmes scolaires : sur le terrain, ce que vivent les équipes municipales, à quelques jours des vacances
  17. Bal tragique des rythmes scolaires : un enterrement
  18. Réforme des rythmes scolaires : un maire peut-il refuser de l’appliquer ?
  19. [Exclusif] Rythmes scolaires : « Je mesure la difficulté de la mise en œuvre de cette réforme pour de nombreux élus » – Vincent Peillon, ministre de l’Education
  20. Un assouplissement de la réforme des rythmes scolaires : oui, mais lequel ?
  21. Rythmes scolaires : selon leur taille, les collectivités n’ont pas les mêmes urgences
  22. Réforme des rythmes scolaires : le CNFPT enrichit son offre de formation
  23. Réforme des rythmes : les enseignements du colloque de la Gazette du 14 novembre
  24. Rythmes scolaires : combien va coûter la réforme aux collectivités locales?
  25. Réforme des rythmes : les ressources documentaires du colloque de la Gazette du 14 novembre
  26. Surcoût de 10 à 30% pour les communes qui ont appliqué la réforme des rythmes scolaires
  27. Transports scolaires, « le maillon oublié » de la réforme des rythmes scolaires
  28. Rythmes scolaires : les désillusions des animateurs périscolaires
  29. Réforme des rythmes : entre enseignants et animateurs, le fossé se creuse – interview croisée
  30. [Exclusif] Rythmes scolaires : le projet de décret détaille les critères d’attribution du fonds d’amorçage
  31. Projet de loi sur la refondation de l’école : l’Andev sur la réserve, le RFVE moins
  32. Rythmes scolaires : les premières annonces appellent des précisions sur les moyens
  33. Ressources documentaires
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Surcoût de 10 à 30% pour les communes qui ont appliqué la réforme des rythmes scolaires

Votre e-mail ne sera pas publié

mac

14/11/2013 08h55

Zarma… 10 à 30%?? C’est les contribubales locaux qui ont du être contents quand on est passé à la semaine de 4 jours et que leurs impôt avaient baissé de 10 à 30%… Non? C’est pas comme ça que ça s’est passé ? C’est curieux mais je ne suis pas surpris. Déçu , mais pas surpris.

ugottale

15/11/2013 03h21

4j de droite , 4,5 jours de gauche , quand va finir ce ping pong politicicien ?
comment mesure -t-on la fatigue d’enfants qui arrivent fatigués à l’école , après s’être couchés trop tard avec des gadgets qui les robotisent et leur ôtent toute envie de travailler pour passer de l’inné à l’acquis potentiel ,
qui s’époumonent en criant en récréations et qui sortent de l’école frais comme des gardons en rentrant , pour se fatiguer à nouveau en envoyant des « esses-aiment-esses » , phonétiques orduriers et pour tuer les ennemis de guerres fictives qui les transformeront un jour en assassins !
Quand va-t-on demander l’avis des profs-stand-up , qui s’adaptent en permanence à leurs élèves-spectateurs ?
Quand les apparatchiks , qui n’ont jamais enseigné , comprendront-ils ,
l’intimité de la salle de classe , où le prof-stand-up communie avec ses élèves-spectateurs ?
de la part d’un fils d’instite , mari , frère , beau-frère , oncle , neveu , cousin de profs et père d’une prof des écoles !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement