Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Enfance et famille

Les normes sont-elles en train d’étouffer les Maisons d’assistants maternelles ?

Publié le 12/11/2013 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert santé social, Dossiers d'actualité, France

Lors d'un colloque organisé le 4 novembre 2013, des sénateurs s’insurgent contre les obstacles réglementaires qui empêchent les maisons d’assistants maternels (MAM) de se développer. La ministre déléguée à la famille annonce la création d’un groupe de travail sur le sujet. La ministre déléguée à la famille annonce la création d’un groupe de travail sur le sujet.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Inflation des normes : peut-on dégonfler le mammouth ?

« Le 10 juin 2010, lorsque la loi relative à la création des maisons d’assistants maternels (MAM) a été promulguée, nous pensions que la voie était libre. C’était sans compter les obstacles réglementaires derrière lesquels s’abritent élus et responsables de la protection maternelle et infantile (PMI) pour refuser les agréments », a lancé Jean Arthuis, sénateur (UDI) et président du conseil général de Mayenne, en introduction du colloque organisé le 4 novembre au Sénat à propos des perspectives de développement des MAM (1).

Même si du chemin a été parcouru depuis que les premiers regroupements d’assistantes maternelles ont été expérimentés en Mayenne en 2005, sous l’impulsion de Jean Arthuis, beaucoup de conseils généraux font encore de la résistance, malgré la loi de 2010.

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les normes sont-elles en train d’étouffer les Maisons d’assistants maternelles ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Caty

30/03/2015 12h59

Je trouve qu’il est tout à fait normal que les règles, normes de sécurité et d’ accessibilité au public en situation de handicap soient mises en place et respectées par les assistantes maternelles qui souhaitent créer une MAM .
Pourquoi serait-il plus facile d’ ouvrir une MAM qu’ une crèche ? Pour pouvoir construire et autoriser l’ ouverture d’ une crèche, beaucoup de conditions entre en ligne de compte et sont respectées pour offrir aux enfants ainsi qu à leur famille un maximum de sécurité et de confort .
Il est demandé aux personnels des crèches des compétences, des qualifications et des diplomes afin de remplir au mieux leurs roles et leurs missions .
Serait- il normal que des assistantes maternelles, bien souvent sans diplomes et ayant très peu de qualifications auprès des jeunes enfants, puissent créer une MAM sans avoir finalement des conditions et des obligations à remplir ?
En plus de toucher des salaires qui frisent parfois l’ indécence, salaires bien souvent qui n’ est pas à la hauteur de la prestation , il faudrait en plus leur simplifier la taches alors que d’ autres, des professionnelles qualifiées, gagnent moins et respectent, elles, les conditions qui leurs oint imposées .

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement