Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique

Dans quelles conditions un fonctionnaire peut-il exercer une activité privée en plus de son emploi public?

Publié le 31/10/2013 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’article 25 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 relative aux droits et obligations des fonctionnaires dispose que « les fonctionnaires et agents non titulaires de droit public consacrent l’intégralité de leur activité professionnelle aux tâches qui leur sont confiées » et « ne peuvent exercer à titre professionnel une activité privée lucrative de quelque nature que ce soit ».

Le même article 25 prévoit un certain nombre de dérogations à cette interdiction de cumul, lesquelles ont été précisées par le décret n° 2007-658 du 2 mai 2007. Il résulte, en particulier, de ces dispositions que les fonctionnaires peuvent créer ou reprendre une entreprise, quel que soit l’objet de celle-ci (entreprise industrielle, commerciale, artisanale, etc.) tout en continuant à exercer leurs fonctions dans l’administration, pendant une période de deux années pouvant être prolongée pour une durée maximale d’un an, et après avis de la commission de déontologie (article 87 de la loi n° 93-122 du 29 janvier 1993). La forme sous laquelle l’entreprise peut être créée n’est pas contrainte (SARL, SAS, etc.).

A l’issue de la période autorisée de cumul prescrite par la loi, un choix doit être effectué : l’agent est libre soit de rester dans son administration, soit de se consacrer pleinement à son activité privée. Il peut, dans ce second cas, demander à être mis en disponibilité dans les conditions prévues par les textes réglementaires.

Dérogation – Les dispositions sont applicables à tous les agents publics à temps complet, quelle que soit leur quotité de temps de travail (temps plein ou temps partiel). L’interdiction d’exercer à titre professionnel une activité privée lucrative n’est également pas applicable : « au dirigeant d’une société ou d’une association […], lauréat d’un concours ou recruté en qualité d’agent non titulaire de droit public, qui, après déclaration à l’autorité dont il relève pour l’exercice de ses fonctions, continue à exercer son activité privée. Cette dérogation est ouverte pendant une durée maximale d’un an à compter du recrutement de l’intéressé et peut être prolongée pour une durée maximale d’un an ». Dans ce cas, la déclaration de l’agent est également, au préalable, soumise à l’examen de la commission de déontologie.

Les agents exerçant leurs fonctions à temps incomplet pour lesquels la durée du travail est inférieure ou égale à 70% de la durée légale ou réglementaire du travail des agents à temps complet bénéficient, quant à eux, d’un régime de cumuls simplifié dans la mesure où ils n’ont pas choisi leur quotité de temps de travail. Ils peuvent, en effet, exercer une activité privée lucrative après information de l’autorité dont ils relèvent, et cela sans limitation a priori dans le temps et quant à la nature de l’activité exercée. Ces activités doivent s’exercer dans le respect du bon fonctionnement du service, ainsi que de son indépendance et de sa neutralité.

Déontologie – L’administration peut ainsi à tout moment s’opposer à la poursuite d’une activité autorisée ou dont elle a été préalablement informée si celle-ci met en cause les principes ci-dessus rappelés. Il convient de noter que le projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires présenté en conseil des ministres le 17 juillet viendra réaffirmer l’obligation faite aux agents publics de se consacrer exclusivement aux tâches qui leur sont confiées, notamment, en obligeant le fonctionnaire ou agent non titulaire qui souhaite créer ou reprendre une entreprise à exercer son service à temps partiel, afin que cette activité privée n’empiète par sur l’exercice de ses fonctions et en réduisant la durée pendant laquelle l’agent pourra être autorisé à cumuler son emploi avec la création ou la reprise d’une entreprise à deux ans maximum, sans renouvellement ni prolongation possible.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre le numérique au service de l'économie locale et renforcer l'attractivité des territoires ?

de Orange SAS

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dans quelles conditions un fonctionnaire peut-il exercer une activité privée en plus de son emploi public?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement