Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Opendata

L’ouverture des données publiques en France reste perfectible

Publié le 30/10/2013 • Par Sabine Blanc • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

opendata
Maksim Kabakou - Fotolia.com
Selon le classement Open Data Index de l’Open Knowledge Foundation, présenté lundi 28 octobre, la France n’arrive qu’en 16ème position sur 70 pays évalués. Cartographie, transports, dépenses publics..., il reste des efforts à fournir pour se hisser au niveau de la Grande-Bretagne ou des Etats-Unis. Henri Verdier, qui dirige la mission Etalab en France, réagit à ces résultats.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

16ème sur 70 : la France ne brille pas particulièrement dans le classement Open Data Index qui analyse l’ouverture des données, dévoilé lundi 28 octobre. Ce premier classement d’envergure a été établi de façon collaborative par l’Open Knowledge Foundation, une association qui milite pour la culture libre et promeut à ce titre la gouvernance ouverte.

Il a été établi selon l’ouverture de dix sets de données majeurs : résultat des élections, dépenses publiques, émission de pollution, etc. Chaque item est lui-même noté selon plusieurs critères : la licence, le format, la gratuité…, pour juger s’il respecte bien les principes fondamentaux de l’open data.
« Si des progrès indéniables ont été réalisés ces dernières années, beaucoup reste à faire », regrette l’OKF. Sur les 700 jeux de données évalués, seuls 86 obtiennent le score maximal, soit 12%. De nombreux pays n’ont pu être évalué faute de contributeurs ou d’informations disponibles. Parmi eux, « 30 pays qui font partie du Partenariat des Gouvernements Ouverts », note l’association, qui tient son sommet annuel de mercredi 30 octobre à vendredi 1er novembre.

Chères redevances – En tête de ce classement, on retrouve les pays anglo-saxons, pionniers sur l’open data, et nordiques : Grande-Bretagne, Etats-Unis, Danemark, Norvège. La France n’arrive donc qu’en 16ème place, derrière la Moldavie ou la Bulgarie, qui n’ont pas la réputation d’être particulièrement transparents.

« Bien que le pays ait signé la charte Open Data du G8 et soit engagé dans l’ouverture des données avec data.gouv.fr, trop de données publiques fondamentales restent indisponibles, déplore le chapitre français de l’OKF, ouvert cette année.

La réutilisation et le partage des données sur les entreprises et sur les textes de lois restent soumis à redevance. Les cartes de faible résolution fournies par l’IGN en open data limitent les possibilités de réutilisations. Dans le secteur du transport, la SNCF ne publie toujours pas les horaires détaillés de ses trains à grande vitesse. Enfin, le détail des dépenses publiques reste hors de portée des citoyens ».

Les codes postaux ne sont également pas accessibles, alors qu’ils sont très utiles pour éviter des erreurs de géolocalisation dues à des communes homonymes et donc un nettoyage fastidieux des données.

« Décrire une réalité complexe avec des métriques unifiées » – Henri Verdier, qui dirige la mission Etalab en charge de l’ouverture des données en France, nuance ce résultat, quitte à tordre la définition de l’open data : « Un peu comme le classement de Shangaï pour les universités, l’Open Data Index a les inconvénients de ses avantages : il essaye de décrire une réalité complexe avec des métriques unifiées. Il adopte par exemple une définition très stricte de l’open data (format ouvert, gratuité et liberté de réutilisation). De ce fait, il récuse la qualité de « données ouvertes » à certaines données qui sont publiées par la France, gratuites et numériquement exploitables mais ne donnant pas lieu à droits de réutilisation. De même, il se concentre sur un coeur de jeux de données, et ne tient pas compte de toutes les autres données qui ont été partagées ».

Pour lui, il n’y a pas de retard de la France, mais développement de « sa propre politique d’ouverture et de partage des données publiques, fondée sur sa propre vision. Nous avons par exemple une grande attention à l’utilisation des données ouvertes au service de la modernisation de l’action publique ou aux coopération entre l’Etat et les collectivités locales. Nous serons prochainement le pays le plus avancé dans la mise en oeuvre d’une démarche de co-construction des données et des réutilisations avec les citoyens. Les initiatives en cours, en premier lieu la nouvelle plateforme en cours de préparation, mais aussi les débats thématiques, les progrès imminents en matière de gratuité, les prochaines ouvertures et préparation, devraient améliorer nettement la perception de la qualité de nos travaux par nos partenaires ».

Piqure de rappel en septembre – Les « progrès imminents en matière de gratuité » évoqués renvoient au rapport du magistrat à la Cour des Comptes Mohammed Adnène Trojette sur la question brûlante des redevances. Il propose d’en finir progressivement avec ce frein à la réutilisation.

Mais dans le contexte actuel, l’open data ne fait pas partie des priorités des ministères, même si le gouvernement avait affirmé sa volonté de poursuivre la politique d’ouverture entamée en 2011 dès ses premiers pas. Début septembre 2013, le Premier ministre avait ainsi envoyé une circulaire en guide de piqure de rappel, assorti d’un vade-mecum.

Cet article fait partie du Dossier

Open Data et réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses

Sommaire du dossier

  1. Des idées de nouveaux services foisonnent grâce à l’open data
  2. Ce qu’il faut retenir du projet de loi pour une République numérique
  3. Open data et collectivités : qui fait quoi, et comment ?
  4. Open data : « Le mouvement qui s’enclenche est inéluctable » – Axelle Lemaire
  5. « L’opendata est avant tout un projet organisationnel » – Laurence Comparat
  6. Mobilité : l’échange de données est-il gagnant-gagnant ?
  7. Les alléchantes données d’Uber aiguisent l’appétit des collectivités
  8. « Voir les données comme une infrastructure est un enjeu majeur de souveraineté » – Henri Verdier
  9. Une interco pionnière dans l’ouverture des données
  10. “L’open data par défaut ne pourra pas se faire sans médiation numérique” – Samuel Goëta
  11. Révision à la baisse de l’opendata dans les collectivités locales
  12. Open data, un nouvel élan pour le tourisme
  13. Libre accès aux données publiques : comment mettre en œuvre les nouvelles obligations
  14. Open data : comment réussir l’ouverture de ses données publiques
  15. En Nouvelle Aquitaine, l’observatoire Nafu affûte la connaissance du foncier grâce aux données publiques
  16. « L’open data ne devrait être qu’une des modalités d’ouverture des données publiques »
  17. Open data : l’Occitanie est un territoire-pilote
  18. Rennes construit le « service public métropolitain de la donnée »
  19. Quand les agences d’urbanisme se saisissent de l’open data
  20. Coopération public – privé et données : comment et pourquoi les collectivités doivent reprendre la main
  21. Le décret sur les données de référence, nouvelle pierre pour la généralisation de l’opendata
  22. Projet de loi Valter : un (tout) petit pas pour l’opendata
  23. Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses
  24. L’open data, atout maître dans la course aux économies ?
  25. L’ouverture des données publiques en France reste perfectible
  26. Mobilités : les collectivités se rapprochent d’Uber, Waze et Blablacar
  27. La métropole, « bonne échelle pour développer le service public local de la donnée »
  28. Le fouillis des licences open data s’éclaircit [Fiche pratique]
  29. “Les données d’autorité restent un instrument de souveraineté”- Pascal Berteaud, DG de l’IGN
  30. Open data : le service public augmenté – Des données ouvertes de plus en plus cadrées
  31. Données publiques : une nouvelle économie des services publics en débat
  32. Les acteurs publics, gros acheteurs des données… publiques
  33. OaklandOpenBudget ou quand les citoyens se saisissent de l’Open Data
  34. Open data : quels coûts pour les collectivités territoriales
  35. Open data : le service public augmenté – 1. Cap sur la réutilisation
  36. Open data : le service public augmenté – 3. Des territoires riches de données
  37. Open data : le service public augmenté – 2. L’atout de la mutualisation
  38. L’open data, véritable voie de modernisation pour les administrations
  39. Open data et tourisme : un potentiel qui reste à transformer
  40. « Les collectivités, premières bénéficiaires de l’open data » – Claire Gallon, LiberTIC
  41. Open data : la transparence démocratique demeure virtuelle
  42. La FING, partenaire et centre de ressources
  43. Une évaluation sans concession mais lucide de l’open data en Loire-Atlantique
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’ouverture des données publiques en France reste perfectible

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement