logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/204634/nouveau-depart-pour-la-sem-damenagement-adevia/

ECONOMIE MIXTE
Nouveau départ pour la SEM d’aménagement Adevia
Alix de Vogüé | Régions | Publié le 29/10/2013

Le sauvetage d’Adevia, conjuguant une réduction drastique d’effectifs et un apport d’argent frais s’est concrétisé. Christian Parent son président et Jean-Jacques Delille son directeur général ont présenté le 22 octobre le nouveau visage de cette Sem d’aménagement qui, après s’être propulsée dans le peloton de tête dans l’Hexagone, a frôlé le dépôt de bilan du fait de graves problèmes de gouvernance et d’une croissance mal maitrisée.

Désormais recentrée sur le Pas de Calais, elle prend un nouveau départ qui sera bientôt symbolisé par un nouveau nom. Signe de la gravité de la situation, il avait fallu, début 2013, la désignation d’un mandataire ad hoc puis passer par une procédure de conciliation qui s’est conclue en juillet.

La réduction des coûts s’est traduite par le départ de 47 personnes sur 110. Le département, la région et les agglomérations ont, comme ils l’avaient annoncé, largement participé au sauvetage qui a mobilisé une augmentation de capital de 19,5 millions d’euros. A noter que les villes ne sont plus au capital.
Ces apports en capitaux ont été complétés par 2,5 millions d’avances en compte courant de la région et 2 millions de garantie de prêts. Avec l’arrivée de la Communauté Urbaine d’Arras et de Cap Calaisis, les collectivités locales détiennent désormais 79,8% d’Adevia.

Du côté des banques, Adevia a pu d’une part bénéficier de 28 millions d’euros de restructuration d’emprunts et, d’autre part, obtenir 29 millions d’euros de nouveaux crédits auprès du Crédit Agricole et de la Caisse d’Epargne.

Remise à plat des opérations – Les cessions d’actifs (prévues à hauteur de 15 millions d’euros sur deux ans) et les remises à plat des opérations se poursuivent alors que la SEM se dote d’une nouvelle gouvernance et de procédures plus rigoureuses. « Je préfère avoir moins d’opérations, mais qu’elles tournent et qu’elles sortent. Nous devons les lancer à la hauteur des recettes envisageables », explique Jean-Jacques Delille, directeur général.
Ainsi un service de contrôle interne va être lancé en 2014, un comité d’engagement examine chaque nouvelle opération et la revue des projets se fait désormais sur une base trimestrielle. Signe concret de la remise en ordre : les travaux ont repris sur des projets importants à Dainville ou Rang du Fliers.

Jean-Jacques Delille souligne le nouveau fonctionnement de l’entreprise : « Adevia était très hiérarchique, très verticale, à la limite service public, nous devons passer à l’horizontalité, en mode projets ». Résumant ainsi sa pensée : « nous ne sommes pas que des tireurs de routes ou de tuyaux, nous sommes des monteurs d’opérations ».