Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Formation professionnelle

L’Afpa appelle les régions à mieux se coordonner

Publié le 24/10/2013 • Par Agathe Vovard • dans : Actu Emploi, France

Certaines formations à rayonnement national ne trouvent pas preneurs en raison d'un manque de coordination entre les régions, qui n'envoient pas assez leurs demandeurs d'emploi dans une autre région que la leur. Le président de l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) a appelé les acteurs à une concertation quadripartite, à l'image de celle qui a été mise en place pour la formation de 30 000 demandeurs d'emploi, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse jeudi 24 octobre 2013.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les régions ne collaborent pas suffisamment entre elles. On observe une baisse de 50 % en trois ans des mobilités interrégionales – notamment pour les formations à des métiers pointus porteurs d’avenir. Il faut dire que dans le cas d’un demandeur d’emploi envoyé en formation dans une autre région que sa région d’origine, c’est la région d’accueil qui prend en charge les frais (d’hébergement et de transport), alors que les emplois existeront ailleurs…

Bonne volonté de la région d’accueil – Yves Barou, président de l’Afpa s’est insurgé jeudi 24 octobre contre cette aberration. Il propose l’organisation d’une concertation quadripartite (Etat, partenaires sociaux, entreprises, régions), comme celle actuellement menée pour la formation de 30 000 demandeurs d’emploi supplémentaires.

Commande nationale ? – « Il n’y a pas de solution unique ; il ne s’agit pas de dire que tel acteur va tout prendre à sa charge. » Le spécialiste appelle de ses voeux plus précisément une commande nationale, d’un montant estimé à 200 millions d’euros, « pour assurer la pérennité de formations critiques pour les filières d’avenir » (technicien d’intervention du froid industriel notamment).

C’est là que le bât blesse – Interrogée par La Gazette, l’Association des régions de France appelle à la vigilance. Elle n’est pas favorable à une commande nationale de formation. Il ne faudrait pas selon elle revenir sur le principe de décentralisation. Il s’agit certes d’articuler les formations en régions avec les plans stratégiques nationaux tels que les 34 plans de reconquête industrielle  ou le plan innovation 2030 de Anne Lauvergeon , ainsi qu’avec les besoins identifiés par les branches professionnelles. Mais pas de recentraliser.

 760 millions de chiffre d’affaires – Le président de l’Afpa s’est également exprimé lors de cette conférence de presse sur les comptes de l’association, qui sortent du rouge. Le chiffre d’affaires à la fin de 2013 devrait s’élever à 760 millions d’euros, au lieu des 784 millions prévus toutefois.

Une part du plan de formations de 30 000 demandeurs d’emploi supplémentaires, qui représente un pourcentage important du chiffre d’affaires de l’Afpa, entrera en effet dans les caisses de l’association plutôt début 2014. L’Afpa, qui peut accueillir 15 400 stagiaires dans le cadre de ce plan, a obtenu des contrats pour 5 000 stagiaires à ce jour, ce qui représente 22 millions d’euros, dont elle ne percevra que 5 millions en 2013 (le reste étant décalé à 2014).

Les formations commandées par les régions, précise-t-on en effet à l’ARF, prennent un peu plus de temps que celles de Pôle emploi. Il faut voter en commission permanente les décisions modificatives au budget 2013, puis passer des avenants aux marchés publics. Le processus est en place dans à peu près toutes les régions, mais les délais de mise en formation sont plus longs que pour Pôle emploi.

Disparités entre régions – Pour se renflouer, l’Afpa a aussi renoué des contacts avec toutes les régions. Dans certaines, elle avait en effet perdu des marchés publics. « La reconquête ne se fait pas en un jour. Il existe des disparités entre régions mais les choses vont dans la bonne direction. Les résultats ne sont pas aussi favorables que nous l’aurions souhaité en Pays-de-la-Loire notamment. En revanche, nous avons remporté un appel d’offres de 52 millions d’euros en Nord-Pas-de-Calais », a souligné Yves Barou. Reste un important marché, dont la décision est attendue pour début 2014 : celui de l’Ile-de-France.

Pour se développer, l’Afpa compte aussi décrocher davantage de marchés dans les entreprises (163 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013). « La commande publique ne va pas augmenter comme ça. Elle va plutôt avoir tendance à baisser ici ou là. Il faut faire ce basculement vers l’entreprise », a commenté Yves Barou. L’objectif est même à terme de passer à 50 % de formations à destination des entreprises.

Gestion de l’immobilier – L’Afpa vise également une meilleure gestion de son patrimoine immobilier. Elle peut désormais gérer elle-même ses centres de formation, dont l’immobilier appartient actuellement en grande partie à l’Etat. Deux baux emphytéotiques administratifs (BEA) doivent être conclus à Toulouse et à Stains, où la gestion doit être déléguée à des opérateurs (actuellement le taux d’occupation des 40 000 lits de l’Afpa est de 60 %…)

Enfin, la présentation de la refonte de l’offre pédagogique de l’association est prévue pour janvier.

La formation des personnes handicapées en berne

Le président de l’Afpa Yves Barou a également tiré la sonnette d’alarme quant à la formation des personnes handicapées. L’Afpa est le principal opérateur en la matière. Or seules 4 630 personnes ont été accueillies l’an dernier, contre 10 239 en 2011… En cause, selon Yves Barou, la ponction de 60 millions d’euros sur deux ans de l’Etat sur l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph), instaurée par la loi de finances pour 2011.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Afpa appelle les régions à mieux se coordonner

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement