Pollution

La qualité de l’air mobilise le gouvernement…mais surtout l’air intérieur !

| Mis à jour le 28/10/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

MNStudio - Fotolia

Les 2ème assises de la qualité de l’air se sont ouvertes mercredi 23 octobre à Paris. Alors que l’OMS vient de classer la pollution de l’air en cancérigène, la France peine à mettre en place ses plans de protection de l’atmosphère. Pas d’annonce marquante pour l’air extérieur, en revanche le MEDDE publie un plan d’actions sur la qualité d’air intérieur.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Limiter les sources de pollution grâce à l’étiquetage de certains produits, tels les désodorisants (encens, bougies etc..) et les produits d’entretien. C’est l’une des mesures du Plan d’actions sur la qualité de l’air intérieur, publié à l’occasion de ces assises. Il intégrera le troisième Plan national santé environnement (PNSE 3).

Le plan prévoit également de mobiliser les professionnels du bâtiment sur la qualité de l’aération-ventilation dans les projets de rénovation thermique de bâtiments.

Les PPA, une mise en oeuvre laborieuse – Coté air extérieur, «la qualité de l’air est améliorable. En effet, nous rencontrons encore des difficultés sur les particules et les NOx», a déclaré Laurent Michel, directeur général de l’énergie et du climat au Ministère de l’Ecologie (MEDDE). Et de compléter : «Il nous faut continuer à agir.»

De quelle manière ? Laurent Michel a souligné la volonté du ministère de réduire la pollution de fond. Il a rappelé les difficultés de mise en œuvre des Zapa, mais n’a pas fait de grandes annonces concernant les Plans de protection de l’atmosphère (PPA) dont la mise en place reste laborieuse. «Il faut concrétiser les PPA», a simplement répété le DG du MEDDE. «Il faut des moyens financiers. Et les collectivités tout comme l’Europe, via le Feder, doivent se mobiliser ».

Disparités européennes – En cette année européenne de l’air, qui va se clôturer le 9 décembre prochain à Strasbourg, Karl Friedrich Falkenberg, directeur général Environnement à la Commission européenne rappelle que, dans une Europe à 28 Etats membres, l’exposition des citoyens à la pollution est très variable d’un pays à l’autre : en Allemagne, 12% de la population habite dans des zones où la pollution dépasse les valeurs seuil fixées par l’OMS ; en Belgique, il s’agit de 68% et en France 34%. Or, «la pollution de l’air est la première cause de mortalité en Europe », martèle Karl Friedrich Falkenberg.

Références

Plan d’actions sur la Qualité de l’Air Intérieur (PDF), ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie - ministère des Affaires sociales et de la Santé, 23 octobre 2013.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP