Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Club RH - Orléans - 10 octobre 2013

Mutualisations entre trois départements : les premiers résultats arrivent !

Publié le 17/10/2013 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : compte rendu des dernières rencontres du club RH

Cyrille Bonvillain, directeur général adjoint Moyens Généraux au conseil général de Loir-et-Cher a présenté, lors du Club RH du 10 octobre 2013 à Orléans, la coopération engagée avec le Loiret et l’Eure-et-Loir. Les premiers chantiers sont ouverts.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Quel est l’intérêt d’engager une coopération entre trois départements de la région ?

C’est une démarche différente de celle de la mutualisation entre EPCI et communes, même s’il y a de nombreux points communs et d’abord la recherche d’économies dans un contexte budgétaire délicat.

Mais cette coopération engagée depuis un an vise d’abord une triple ambition : renforcer l’attractivité de nos territoires, optimiser et mutualiser nos moyens et nos pratiques, développer des expertises communes et partagées.

Au total, 20 projets de coopération ont été formalisés, avec autant de groupes de travail. Mais il faut bien préciser qu’il n’est envisagé aucune fusion, ni transfert de compétences, ni mise à disposition de personnels. C’est important à rappeler pour rassurer nos 6200 fonctionnaires des trois départements, pour qui le terme de mutualisation peut être un chiffon rouge.

Justement quels sont les facteurs de réussite pour mener à bien cette coopération ?

D’abord mener un gros travail de communication et de motivation auprès de nos agents engagés dans les groupes de travail, mais aussi envers tous les personnels titulaires ou non en rappelant qu’il s’agit d’une démarche conventionnelle et non pas institutionnelle.

Mais il faut surtout que ce projet soit porté par la gouvernance locale avec un engagement fort et une feuille de route claire délivrée aux services pour avancer.

Cela suppose de mettre en place des outils : réunion par visioconférence, plateformes collaboratives… Il faut également créer un effet réseau entre les trois conseils généraux, mais aussi au sein de chaque département, pour éviter les cloisonnements ; les agents doivent ressentir l’intérêt de travailler ensemble, ce qui suppose une vraie relation de confiance.

Il faut aussi définir des projets concrets, les valoriser autant que possible. On va ainsi déboucher sur un établissement public foncier interdépartemental, une centrale d’achat partagée, des groupements de commandes. Les synergies peuvent être nombreuses. Nous ferons un bilan dans six mois avec déjà de nombreux chantiers engagés.

Quels peuvent être les premiers effets en termes de RH ?

Ce n’est pas qu’une démarche ressources humaines, mais dans ce domaine les avancées vont être les plus spectaculaires. En termes de GPEC et de recrutement il y a plusieurs pistes : diffusion des offres de postes, cartographie des métiers partagés, harmonisation des tableaux d’effectifs, bourse aux postes, mobilité interdépartementale des agents, organisation d’un stand commun au salon de l’emploi public. En matière de formation on peut mutualiser des audits, acheter et mettre en place des formations communes, mutualiser nos formateurs internes, définir une approche commune vers le CNFPT.

Pour la prévention, les avancées sont identifiées : audit sur les méthodes et process de travail, mutualisation de nombreuses démarches : document unique, registre de sécurité, marché de prévoyance, plan de prévention addictions, inventaire des produits certiphyto à programmer. Nous avançons pas à pas vers peut être un plan de formation unique en 2015.

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Compte-rendu

Jusqu’où doit aller la mutualisation des services dans les EPCI

Sommaire du dossier

  1. Mutualisation des services dans les intercommunalités : un cadre évolutif mais encore imprécis
  2. Mutualisations entre trois départements : les premiers résultats arrivent !
  3. Agglomération d’Orléans : «mutualiser ce n’est pas réduire les effectifs mais mieux travailler ensemble ! »
  4. « La mutualisation annonce-t-elle la remise en cause de la gouvernance et des prérogatives des communes ? » – Jacky Benhamou, SNDGCT
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Mutualisations entre trois départements : les premiers résultats arrivent !

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement