Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Insertion

Garantie jeunes : sur le terrain, le critère de « vulnérabilité » interroge

Publié le 15/10/2013 • Par Sophie Le Gall • dans : A la une, France

© BENOIT GRANIERMATIGNON
BENOIT GRANIERMATIGNON
Lancé le 1er octobre 2013, le dispositif se déploie progressivement dans les dix territoires pilotes. La question du repérage des bénéficiaires est au coeur de la mise en pratique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lundi 14 octobre 2013, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assisté à la signature des 10 premiers contrats de la mission locale de Bondy (Seine-Saint-Denis). Il en a profité pour rappeler sa vision de cette expérience : « Il y a des gens qui disent qu’on donne encore de l’argent, qu’on tombe dans l’assistanat […] L’esprit de la Garantie jeunes c’est une rencontre entre une volonté politique, les partenaires locaux, les entreprises et les jeunes ».


Jean-Marc Ayrault parraine 10 contrats… par Echo-IDF

Un plan national piloté localement – La mesure, qui s’inscrit dans le Plan national de lutte contre la pauvreté, couple allocation (434 euros) et accompagnement assuré par les missions locales. Elle est basée sur un contrat d’engagement réciproque, annuel et renouvelable, entre le bénéficiaire et la mission locale qui le suit dans un objectif d’insertion sociale et professionnelle. Les dix territoires pilotes choisis par le gouvernement sur appel à projets ont jusqu’à fin 2013 pour atteindre l’objectif de 10 000 bénéficiaires entrés dans le dispositif Garantie jeunes (avec un objectif de 100 000 jeunes par an d’ici 2016).

Vulnérables, mais pas trop – À Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), on préfère prendre encore du temps pour repérer les personnes qui seront les plus à même de suivre le programme. « La Garantie jeunes vise une mise en situation professionnelle rapide. Il faut que le jeune puisse suivre. On peut proposer ce dispositif à quelqu’un de vulnérable car en difficulté de mobilité qu’il pourra résoudre grâce à l’allocation, mais on ne peut pas l’indiquer pour une personne SDF, qui aura du mal à se repérer dans le temps. Nous marchons sur un fil », explique Catherine David, directrice-adjointe de la mission locale.

Pas un droit mais un contrat – « Nous avons chaque jour de nombreux appels de jeunes désireux d’entrer dans le programme. Nous rappelons qu’il ne s’agit pas d’un droit, mais d’un contrat donnant-donnant. Le jeune devant s’engager à être acteur de son parcours d’insertion et à faire preuve d’assiduité. Il faut être très clair : en situation de détresse, tous les jeunes disent qu’ils sont prêts à travailler dès le lendemain, ce que nous comprenons, et quand on fait le bilan de leur situation, on s’aperçoit qu’il y a des conditions préalables ¬ logement, autonomie, santé- à régler. Nous nous interdisons de donner de faux espoirs ou de mettre le public dans une situation d’échec », ajoute Catherine David.

Cibler les « NEET » – Le coeur de cible de la mesure est pourtant bien celui des « NEET » : les 18-25 ans qui ne sont ni à l’école, ni en formation, ni en emploi, « en situation de grande précarité », selon les mots du Premier ministre. Un public encore en difficulté que celui qui est visé par les emplois d’avenir, autre mesure du gouvernement pour lutter contre le chômage des jeunes. En plus de la question du ciblage, la réussite de la Garantie jeunes tiendra à la réactivité des entreprises appelées à accueillir des personnes fragiles.

À l’occasion de la visite du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, l’un des formateurs-accompagnateurs du dispositif à Bondy a expliqué qu’après six semaines de rencontres « pour travailler le développement du potentiel de chacun », les jeunes « vont avoir une succession d’expériences à travers une multitude de stages en entreprises ».

Le gouvernement devrait dresser un premier bilan de la mesure le 12 novembre prochain à l’occasion d’un nouveau sommet pour l’emploi des jeunes en Europe qui réunira les chefs d’État et de gouvernement et les ministres de l’emploi de l’Union européenne, les partenaires sociaux ainsi que les responsables des différents services publics de l’emploi nationaux.

 

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Garantie jeunes : sur le terrain, le critère de « vulnérabilité » interroge

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement