Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Commande publique

En cas de liquidation d’une entreprise attributaire d’un marché public, celle-ci reste-t-elle redevable de la retenue de garantie prévue pour couvrir les réserves à réception d’un chantier ?

Publié le 11/10/2013 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Aux termes de l’article 101 du Code des marchés publics (CMP) : «Le marché peut prévoir, à la charge du titulaire, une retenue de garantie […] La retenue a pour seul objet de couvrir les réserves à la réception des travaux, fournitures ou services ainsi que celles formulées, le cas échéant, pendant le délai de garantie.»

L’article 103 de ce code ajoute que «la retenue de garantie est remboursée un mois au plus tard après l’expiration du délai de garantie […]». La retenue de garantie ne devient donc exigible qu’à l’issue du délai de garantie d’un an, si aucune malfaçon n’apparaît dans ce délai. Le juge administratif considère ainsi que la retenue de garantie est destinée au paiement des travaux de reprise de malfaçons objets de réserves à la réception de l’ouvrage ou survenues jusqu’à l’expiration du délai de parfait achèvement (CE, 19 novembre 1971, «société nationale de construction», n° 73664 ; CAA de Lyon, 18 février 2010, «SA Planche», n° 07LY01299).
La question se pose donc de savoir si la survenance de la liquidation judiciaire peut avoir pour effet de rendre exigible la retenue de garantie avant l’expiration du délai d’un an.

Créances non échues. Aux termes de l’article L.643-1 du Code de commerce : «Le jugement qui ouvre ou prononce la liquidation judiciaire rend exigibles les créances non échues» dont l’entreprise, placée en liquidation judiciaire, est débitrice. En conséquence, seules les dettes de l’entreprise placée en liquidation judiciaire sont concernées par l’exigibilité immédiate, et non les créances à terme qu’elle détient.

La retenue de garantie constitue une créance détenue par le titulaire du marché en liquidation judiciaire sur le maître de l’ouvrage. Les dispositions de l’article L.643-1 du Code de commerce ne sont donc pas applicables. Aucune disposition du Code de commerce relative à la liquidation judiciaire ni aucune disposition du CMP ne prévoit le remboursement anticipé de la retenue de garantie en cas de liquidation judiciaire.

Des lors, en l’absence de jurisprudence contraire, l’article 103 du CMP s’applique : la retenue de garantie ne peut être remboursée par la collectivité locale au liquidateur judiciaire avant l’expiration du délai d’un an.

Fragilisation. En effet, prévoir le remboursement immédiat de la retenue de garantie, du fait de la liquidation judiciaire, viderait de son objectif la retenue de garantie, qui est de garantir le maître d’ouvrage des malfaçons objets de réserves ou pouvant apparaître après la réception des travaux.

Dans une telle hypothèse, la situation du maître d’ouvrage se trouverait fragilisée, puisqu’il se trouverait privé d’une garantie alors même que le titulaire du marché fait l’objet d’une liquidation judiciaire et qu’il risque donc de ne pas être en mesure de pouvoir supporter la charge des travaux à effectuer.

Ainsi, la retenue de garantie devra être remboursée au liquidateur judiciaire un mois après l’expiration du délai de garantie d’un an (art. 103 du CMP) à condition qu’aucune réserve n’ait été formulée ou qu’elles ont bien été levées.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre le numérique au service de l'économie locale et renforcer l'attractivité des territoires ?

de Orange SAS

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

En cas de liquidation d’une entreprise attributaire d’un marché public, celle-ci reste-t-elle redevable de la retenue de garantie prévue pour couvrir les réserves à réception d’un chantier ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement