Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Taxe professionnelle unique

Publié le 11/12/2009 • Par La Rédaction • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lorsque les charges transférées évaluées excèdent le dernier produit de taxe professionnelle, l’attribution de compensation est négative.
La mise en oeuvre de la taxe professionnelle unique implique que les communes membres d’un établissement public de coopération intercommunale renoncent à percevoir cette taxe. Il s’agit donc d’un choix politique fort qui traduit leur volonté de mettre en commun leurs ressources dans le cadre d’une structure de coopération intégrée, et dont l’impact budgétaire doit faire préalablement l’objet d’une évaluation précise.
L’EPCI qui perçoit la taxe professionnelle unique est tenu de verser à chaque commune membre une attribution de compensation (art. 1609 nonies C – V du Code général des impôts).
Cette attribution de compensation est calculée sur la base du produit de taxe professionnelle perçu par celle-ci l’année précédant la première année de mise en place de la taxe professionnelle unique, diminué du montant correspondant aux charges transférées par la commune à l’EPCI.
Le montant revenant à chaque commune membre dépend donc du dernier produit de taxe professionnelle de la commune et de l’évaluation des charges qu’elle a transférées au groupement. Ce montant est propre à chaque commune. Lorsque les charges transférées évaluées excèdent le dernier produit de taxe professionnelle, l’attribution de compensation est négative. Cela signifie que l’attribution de compensation est due par la commune à la communauté d’agglomération ou à la communauté de communes.
Cependant, la solution sera différente selon qu’il s’agit d’un EPCI à TPU créé ex-nihilo ou d’un EPCI qui percevait auparavant la fiscalité additionnelle. Dans le premier cas, l’EPCI peut décider de ne pas exiger un reversement de la commune à due concurrence. Dans le second cas, la commune est tenue d’effectuer ce reversement, car c’est une dépense obligatoire.

Références

QE de Jean - Louis Masson, JO du Sénat du 10 décembre 2009, n° 4466

Domaines juridiques

Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Taxe professionnelle unique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement