logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/19989/paca-les-rapports-se-crispent-entre-letat-et-la-region-sur-le-contrat-de-plan/

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
Paca : Les rapports se crispent entre l’Etat et la région sur le contrat de plan
Brigitte Challiol | A la une | Actualité Club Techni.Cités | France | Publié le 07/10/2004

Malgré la fin de la période électorale, le dossier du contrat de plan reste un sujet brûlant en Paca sur lequel région et Etat s’opposent à fleurets de moins en moins mouchetés… Dernier épisode en date : Michel Vauzelle propose aux présidents de conseils généraux de se réunir avec la région pour « mettre en place une stratégie alternative au désengagement de l’Etat et répondre aux besoins de la population régionale ». Le président de la région dénonce un mauvais taux d’exécution (52%) à la fin 2003 et met en avant des différences importantes entre la part de l’Etat et celle de la région sur certains programmes comme les transports collectifs (taux régional 84% contre 45,3% pour l’Etat), la formation ( 71% contre 47,3%) ou la gestion durable des espaces (69% contre 45).
Des remarques que le préfet refuse d’entériner et qu’il reprend point par point dans un communiqué. S’il reconnaît que l’Etat connaît une situation budgétaire difficile, il estime que le bilan du CPER « est moins catastrophique qu’on ne le dit parfois » alors que le taux de programmation attendu fin 2003 était de 57%. Il remarque que seul le volet infrastructures est en retard (46%) mais y trouve une explication dans l’élaboration du contrat qui « n’a pas été réalisée avec une totale rigueur » avec par exemple la juxtaposition d’opérations d’importance très différente, des études techniques insuffisantes notamment dans le domaine ferroviaire où les estimations financières ont été « approximatives ». Ainsi l’estimation du coût du triplement de la ligne Marseille-Aubagne est passé de 99 millions d’euros à 226 millions soit une progression de 125%. Pour régler les problèmes, il propose notamment de mettre en place un véritable comité de suivi qui veille au bon déroulement des opérations et demande des comptes réguliers aux bénéficiaires des crédits du contrat.