Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Acte III de la décentralisation

Le Sénat dit « oui » à la métropole du Grand Paris

Publié le 08/10/2013 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

Extérieur Sénat depuis Luxembourg
Sénat
La chambre haute a voté, le 7 octobre 2013, en deuxième lecture, le projet de loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles. Elle s’est, à cette occasion, prononcée en faveur de la création d’une super-interco rassemblant Paris et les trois départements de la petite couronne.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cette fois, la Haute assemblée n’a pas rendu copie blanche. Elle a préféré mettre sa griffe sur la métropole du Grand Paris. Le mastodonte esquissé par l’Assemblée nationale est désormais sur des rails.
Le big-bang de « l’interco » en petite couronne aura lieu le 1er janvier 2016. Tous les EPCI à fiscalité propre des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne seront, selon le texte du Sénat, fondus dans un groupement de 6,5 millions d’habitants intégrant également la ville de Paris.

La métropole du Grand Paris sera, selon le vœu du rapporteur du projet de loi à la Haute assemblée René Vandierendonck (PS), recentrée sur son « cœur de métier ». Elle s’occupera principalement d’aménagement de l’espace, de logement et de développement durable.

Les conseils de territoire revus à la hausse – « Les territoires », a minima constitués de quatre communes et de 200 000 habitants (contre 250 000 dans la version de l’Assemblée), prendront en compte les contours des actuelles intercos et le périmètre des contrats de développement territorial (CDT).

Le rôle des conseils de territoire a été revu à la hausse, dans le cadre d’un système complexe de délégation de la métropole et des communes. Cela n’est pas suffisant aux yeux de Christian Favier, sénateur et président (PCF) du conseil général du Val-de-Marne. « Que va-t-il advenir des 10 000 agents territoriaux qui travaillent aujourd’hui dans les agglomérations vouées à une rapide disparition ? », continue-t-il de s’interroger.
L’Association des maires de France dénonce, elle, « le risque d’une administration démesurée » et d’un « surcoût en termes d’organisation ».

Beaucoup plus consensuels, les « pôles ruraux d’équilibre et de solidarité territoriale » ont été adoubés par la chambre haute.

Le texte adopté par la commission des lois du Sénat le 19 septembre 2013, a été peu modifié à l’exception, très notable, du Haut Conseil des territoires que les sénateurs ont passé à la trappe.

Des métropoles de droit commun facultatives – La Haute assemblée a, en revanche, finalisé la création de la métropole de Lyon.

Les métropoles dites de droit commun préservent, elles, un champ d’intervention extrêmement large. Elles bénéficieront de compétences transférées directement par l’État et leurs communes membres, ou via une contractualisation, par le département ou la région.
Les sénateurs ont repoussé l’élection en 2020 au suffrage universel direct d’une partie du conseil métropolitain.

La création des métropoles de droit commun repose, dans le texte du Sénat, sur le volontariat des élus locaux concernés. L’Assemblée, elle, préférait, en première lecture, que leur fondation soit fixée par la loi. Ce sera là l’un des enjeux de la fin du débat parlementaire, au même titre que le rétablissement des dispositifs de dialogue et de contractualisation Etat-collectivités.

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Club RH : Comment rendre sa communication interne efficace ?

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le Sénat dit « oui » à la métropole du Grand Paris

Votre e-mail ne sera pas publié

ugottale

09/10/2013 09h19

le « grand paris » limité à paris + les 92 , 93 et 94 , c’est trop petit !
le grand paris c’est l’île de france , que diable , avec des CA fusionnées avec les communes !
3 niveaux , ça suffit , l’ état , 8 régions fusionnées avec les départements et 2500 collectivités locales fusionnées avec les 36400 communes !

Georges

09/10/2013 02h40

« Le big-bang de « l’interco » en petite couronne aura lieu le 1er janvier 2016. »
le sénat a été plus ambitieux cette fois ci.
il est vrai que le territoire de la metropole est imposant, avec une population forte, mais il y a beaucoup de personnes competentes dans l’administration qui pourront faire vivre cette nouvelle cité.

je partage l’idée du sénat, qui a passé à la trappe le haut conceil des territoires. A mes yeux, ce haut conseil est inutile, sa mission n’est pas tres limpide. ne rajoutons pas une autre structure, ce n’est pas la saison.

félicitations aux sénateurs pour cette belle avancée, qui prendra un peu de temps pour sa mise en oeuvre, mais va dans le bon sens.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement