Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Travail et handicap

« Le statut des fonctionnaires entraîne des rigidités en matière de reclassement des agents handicapés »

Publié le 04/10/2013 • Par Emmanuelle Quémard • dans : A la Une RH, Dossiers Emploi, France, Toute l'actu RH

Handicapé en voiture
Fotolia
Jean-Charles Watiez, directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), fait le point, pour La Gazette sur la situation de l’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique territoriale et sur les moyens déployés par l’établissement public.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

EN PARTENARIAT AVEC sponsor du dossier « Le statut des fonctionnaires entraîne des rigidités en matière de reclassement des agents handicapés »

Avez-vous aujourd’hui les moyens nécessaires pour exercer vos missions ?

L’établissement public ne comportait jusqu’à présent que trois personnes, le directeur, son adjoint et une secrétaire. Or, nos interventions ont été multipliées par dix-sept en sept ans. Dans le prolongement de deux audits réalisés en 2011, sous l’impulsion d’André Montané, nouveau président du comité national du FIPHFP élu le 19 avril dernier, quatre nouveaux postes ont été ouverts en 2013-2014.
Rappelons par ailleurs que la gestion administrative du FIPHFP est assurée par la Caisse des Dépôts, dont les neuf délégués interrégionaux sont en nombre insuffisant pour accompagner les employeurs publics sur l’ensemble du territoire de métropole et d’outre-mer.

Le taux d’emploi des agents handicapés devrait atteindre en moyenne 4,5 % en 2013 alors que l’obligation légale est de 6%. Quels sont les freins dans la FPT ?

Avec 5,32 % en 2012, la territoriale fait figure de bonne élève, grâce notamment à l’action des centres de gestion. Toutefois, des freins subsistent : en particulier, les difficultés de recruter des médecins de prévention, conjuguées aux rigidités du statut des fonctionnaires en matière de reclassement, limitent la progression du taux d’emploi.

Quels en sont aussi les atouts comparés avec les fonctions publiques d’Etat et hospitalière ?

Il est évident que la contribution financière des collectivités, si elles n’atteignent pas le taux de 6%, est un puissant ressort à l’action. De même, les collectivités sont des employeurs dont l’organisation permet la mise en œuvre de politiques du handicap de proximité et efficaces.
Par ailleurs, les centres de gestion, dont la plupart ont passé convention avec le FIPHFP, sont un puissant élément d’intermédiation. De nos actions et de nos financements. Enfin, l’action d’un grand nombre d’exécutifs locaux sur l’accessibilité urbaine a aussi des répercussions en interne sur les employeurs.

Que vous apporte le nouveau conseil scientifique du FIPHFP ?

Composé d’une quinzaine de personnes, et animé par l’ancien président du Fonds, Didier Fontana, il doit nous aider à donner du sens à notre action sur le long terme. Il doit aussi contribuer à trouver des solutions innovantes en direction des employeurs publics. Afin que nous continuons notre travail de haute couture.

De nouveaux types de handicaps devront-ils être pris en compte à l’avenir ?

Face au développement des NTIC, les collectivités devront se préoccuper de la « cécité numérique ». Cela me semble un véritable défi. Par ailleurs, la prise en compte des handicaps, dont la compensation ne peut être assurée par des aides techniques – je pense aux handicaps psychiques, mentaux et cognitifs notamment, constitue un enjeu très important.

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Le statut des fonctionnaires entraîne des rigidités en matière de reclassement des agents handicapés »

Votre e-mail ne sera pas publié

gleg

09/10/2013 07h40

J’ajouterai que le non recrutement de personnes handicapées relève aussi et souvent de la non volonté flagrante de recruter une personne différente.
J’en veux pour exemple celui de ma femme handicapée de naissance qui pourtant avec 3 diplômes dont un de niveau BAC+2, et plus de 10 ans d’expérience, dans le domaine social arrive toujours en seconde position lors de recrutement, et quelque soit la fonction publique qui pourtant dans notre département est largement en dessous des 4,5%.
Cela fait plusieurs années que cela dure. Même avec des entretiens sollicités auprès des DRH pour démontrer les compétences, cela ne débouche sur rien.
Les réponses sont, vous avez les compétences, mais vous n’avez pas l’expérience.
Je tiens toutes les informations que j’avance à disposition des personnes désireuses de vérifier.
Les freins sont majoritairement dans la tête des recruteurs.
Les amendes ne sont pas assez élevées et donc dissuasives.

fonctionnhandi

23/10/2013 04h10

Fonctionnaire handicapé RQTH pour cause de maladie chronique invalidante avec état stabilisé. Haut niveau d’études, avec de longues années d’expériences diverses.

Avis d’aptitude sur poste adapté émis par le comité médical / Fonction publique d’Etat.

Des années de combats.

L’administration n’a rien fait pour me faire bénéficier d’un poste adapté, ni pour reclasser.

Aucun dialogue, aucune écoute. Aucune réponse à mes multiples propositions… de bénéficiaire de l’obligation de l’emploi (et, donc, de maintien dans l’emploi).

Tout se passe comme si la RQTH ne servait à rien, absolument à rien. L’administration parle quelquefois de « maladie », jamais elle ne prononce ni n’écrit le mot de « handicap ». Alors les droits des travailleurs handicapés…. en connaît-elle seulement l’existence ?

La seule volonté de l’administration : la porte ! l’exclusion !
Ce en totale violation de la loi de 2005. D’ailleurs, à quoi sert cette loi… au sein de l’administration française ?

C’est ce que j’ai vécu, et je peux le prouver. J’ai conservé tous les courriers.

Et je pose une question très sérieuse : à quoi servent les lois quand l’administration ne les applique pas ?

La maladie aurait pu m’envoyer dans la tombe.
J’en suis sortie vivant. Au bout de multiples épreuves, très traumatisantes.
Et l’administration française, en qui j’avais pourtant confiance, m’oppose son déni (de handicap). Et rompt, d’une manière illégale et abusive, le contrat qui me liait à l’Etat français, puisque j’ai été recruté sur concours.
Or, le déni tue une seconde fois. De mort sociale. De mort financière ?

fontionnhandi

28/07/2014 12h40

handicapée suite à une erreuer médicale, j’ai passé et réussi les concours d’entrée dans la fonction publique territoriale.Mais depuis plus de dix ans maintenant , ma carrière n’évolue pas impossible de passer au grade supérieur, malgré une compétence avérée, une détermination , de la volonté et des formations continues pour maintenir un niveau élevé (j’ai obtenu en 2013 un mastere 2 ). la discrimination est présente malgré la loi de 2005

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement