Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

La Seine-Saint-Denis signe le premier projet éducatif territorial départemental

Publié le 04/10/2013 • Par Michèle Foin • dans : Régions

Le conseil général de Seine-Saint-Denis et l’Académie de Créteil viennent de franchir une nouvelle étape dans leur volonté de travailler ensemble. Le 2 octobre 2013, ils signaient le premier projet éducatif territorial à l’échelle d’un département, ouvrant la voie à une nouvelle forme de gouvernance éducative.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

En Seine Saint-Denis, le principe de coéducation, prôné dans la loi pour la refondation de l’école, n’est pas un vain mot. Le 2 octobre, le conseil général et l’Académie de Créteil ont en effet signé le premier projet éducatif territorial (PET) à l’échelle d’un département. Un message fort destiné aux principaux des 120 collèges du département réunis pour l’occasion, sans lesquels cette coéducation est impossible.

Copilotage –Structuré en quatre axes de travail – les actions en faveur des élèves, des parents, des personnels, et des établissements – ce PET introduit une méthode de gouvernance à laquelle l’Education nationale est peu habituée : le copilotage. « L’Académie de Créteil a pour habitude de défricher le terrain et de marquer des pistes d’évolution du système éducatif. Ce PET marque une étape absolument décisive dans la question épineuse, complexe et difficile des relations entre l’Education nationale et les collectivités territoriales », a déclaré Florence Robine, rectrice de l’académie, au moment d’apposer sa signature.

Outil méthodologique – Que va donc changer la signature de ce PET pour le conseil général ? Depuis quatre ans, le département multiplie en effet les actions à l’attention des collégiens (art et culture au collège, encadrement des élèves exclus temporairement, prévention des violences…), mais aussi des parents (dispositif « parentalité et numérique », parcours de découvertes urbaines…), pour un budget annuel de 8 millions d’euros.

Autant de projets qui se sont certes construits avec l’appui de l’Education nationale, mais qui n’engageaient jusqu’à maintenant que le département. Il s’agit aujourd’hui d’aller plus loin, et de formaliser cette volonté de travailler ensemble, grâce au copilotage. « Ce PET est avant tout un outil méthodologique » a insisté Mathieu Hanotin, vice président en charge de l’éducation et de la jeunesse au sein du conseil général de Seine Saint Denis, qui voit dans la signature de ce PET la reconnaissance du rôle de la collectivité de tutelle dans le parcours de réussite des jeunes.

«Mais il faut que ce partenariat fonctionne dans les deux sens, a-t-il ajouté, s’adressant particulièrement aux principaux de collège. Nous voulons être force de proposition, mais aussi répondre à vos attentes, voire même construire avec vous », a-t-il insisté, allant jusqu’à proposer les services du département en matière d’ingénierie de projet.

« Il y a nécessité absolue d’articuler nos actions pour répondre aux besoins des adolescents », a de son côté martelé Jean-Louis Brison, directeur académique des services départementaux de l’éducation nationale, rappelant que la Seine-Saint-Denis comptait 20% de pauvres dans les communes en zone urbaine sensible, contre 12% à Paris, et plus de 30% de jeunes non diplômés contre 19% dans la capitale. La cause semble donc acquise en haut lieu. Reste à voir si sur le terrain, le bouleversement culturel ne sera pas trop fort…

Les principaux axes du PET de Seine-Saint-Denis

Le Projet éducatif territorial (PET) de Seine-Saint-Denis est structuré selon 4 axes : les actions en faveur des élèves, des parents, des établissements et des personnels. Pour les élèves, il s’agit de consolider leur parcours, de les éduquer à la citoyenneté et de promouvoir la construction de soi. Pour les parents, l’objectif est d’améliorer leur information ainsi que leur participation à la vie de l’établissement.

Le travail sur les établissements portera sur la sectorisation du territoire dans le contexte de la livraison de 12 nouveaux établissements en 2014, ainsi que sur l’équipement numérique de l’ensemble des collèges. Enfin, une meilleure collaboration entre le conseil général et l’éducation nationale devrait améliorer la délicate gestion des adjoints techniques territoriaux des établissements d’enseignement (ATTEE), placés sous l’autorité fonctionnelle du principal, mais employés par le département.

« Cette gestion nécessite des règles clairement définies et acceptées de tous », indique le PET, qui annonce à terme, l’élaboration d’une charte. Autre volet sur lequel les deux partenaires vont plancher de concert : l’accompagnement à la prise de fonctions des jeunes enseignants, qui arrivent très souvent en Seine Saint-Denis avec de l’appréhension et des idées reçues qui ne facilitent pas leur ancrage sur le territoire. Les actions innovantes trouvent aussi leur place dans ce PET, mais sur quelques collèges seulement, et porteront sur la continuité scolaire (cycle CM2-6ème et transition 3ème – seconde), les usages du numérique, l’ouverture des établissements sur leur territoire et la parentalité.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Club RH : Comment rendre sa communication interne efficace ?

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Seine-Saint-Denis signe le premier projet éducatif territorial départemental

Votre e-mail ne sera pas publié

Federation Generale des PEP

14/11/2013 03h30

La Fédération Générale des PEP, association éducative nationale complémentaire de l’enseignement public, s’engage dans la refondation de l’école et soutient activement en ce sens la mise en place des projets éducatifs territoriaux. Afin d’accompagner tous les acteurs concernés, la Fédération Générale des PEP vient de réaliser un guide méthodologique sur ce sujet, outil à disposition gratuitement via son site internet. Parce que le projet éducatif de territoire assure la cohérence des pratiques éducatives, il est un outil au service d’activités éducatives de qualité et de la lutte contre les inégalités territoriales. Les associations éducatives partenaires historiques de l’Education nationale ont un rôle moteur de premier plan à jouer dans leur mise en place.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement