Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand âge

Le projet de loi Delaunay sur le grand âge présenté fin 2013

Publié le 03/10/2013 • Par Hélène Delmotte • dans : France • Source : Gazette santé sociale.fr

Michèle Delaunay, Ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l'autonomie, a précisé le 1er octobre lors du Congrès de l’Unccas à Tours qu’elle présenterait son projet de loi sur l’avancée en âge en fin d’année.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Appelant à rien de moins qu’un « mariage entre le sanitaire et le social », la Ministre a également mis l’accent sur « la territorialisation » qui constituera un chapitre de la loi.

Evoquant les difficultés financières du secteur de l’aide à domicile dues à un modèle tarifaire « non viable », elle a annoncé sa volonté d’expérimenter de nouveaux modèles de tarification et de « mettre du service public dans l’aide à domicile », ce qui pourrait se traduire par un soutien fiscal.
La ministre a également annoncé la préparation d’un Plan métiers de l’aide à domicile prévoyant le recrutement de personnes peu qualifiées auxquelles serait proposé un accès à la formation. Selon la Dares, 300 000 emplois devraient être créés dans ce secteur d’ici 2020.

La solution des foyers-logements – Quant aux foyers-logements – dont deux-tiers sont gérés par les CCAS-, Michèle Delaunay les a présentés comme une « solution d’avenir majeure ». Pleinement consciente de la nécessité de réhabiliter nombre de ces structures, elle a fait part de sa volonté de « relooker à la fois les bâtiments et l’appellation même de foyer-logement ».

Enfin, s’agissant des Ehpad, le texte aura pour objectif « d’améliorer l’accès financier des classes moyennes à ces établissements en améliorant les aides publiques». Une régulation des tarifs n’est pas à exclure.

La ministre a par ailleurs rappelé sa volonté de créer un « service civique senior » considérant l’utilité sociale et la rupture de l’isolement comme moyens de prévention de la dépendance.
« Je suis persuadée que les âgés seront les catalyseurs qui permettront la reprise du lien social entre les Français », a conclu Michèle Delaunay devant plus de 1 300 congressistes conquis par un discours volontariste.

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le projet de loi Delaunay sur le grand âge présenté fin 2013

Votre e-mail ne sera pas publié

Alter Mater

04/10/2013 05h12

C’est plutôt un enterrement.
C’est dit et c’est clair, Michèle DELAUNAY l’a déclaré : « La loi est prête… pour les arbitrages indispensables dans le cadre de notre politique de redressement et d’économies ». La suspicion qu’on pouvait donc avoir à la suite des propos du Premier Ministre dans un entretien au Figaro s’avère fondée. Non seulement le texte sera soumis au rabot des restrictions budgétaires mais de plus il ne sera pas présenté au Parlement avant les élections municipales. Et s’il ne suffisait pas, la Ministre de rajouter : « la montée en charge de la loi se fera en deux ou trois paliers et les mesures les plus coûteuses ne prendront pas effet tout de suite ».

En ce qui concerne le contenu, il s’agit de  » revoir totalement l’organisation entre le social et le sanitaire ». Vaste programme aussi riche de sens que pauvre en signification. La loi se veut ambitieuse dans son énoncé mais on pressent déjà qu’elle ne sera qu’une coquille vide, si coquille il y a. Quant au volet concernant l’amélioration de la situation des majeurs protégés -personnes sous tutelle ou curatelle-, il semble qu’il n’y en ait tout simplement pas. Pourtant Michèle DELAUNAY avant récemment déclaré, à propos de cette question sur laquelle elle a compétence, que le sort de ces personnes était au cœur de sa réflexion.

http://www.sudouest.fr/2012/10/08/faire-avancer-la-dignite-843352-653.php

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2013/10/02/Autonomie-et-dependance-La-loi-est-prete-1634069

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/09/12/97002-20130912FILWWW00467-autonomie-une-loi-plutot-en-2014.php

ALIMAS

09/10/2013 08h30

(09A3736A01). L’AVENIR SANITAIRE ET SOCIAL DES VIEUX DÉPEND DU PRÉSENT DES JEUNES ET DES ADULTES. @ Alter Mater 04/10/2013, 17h12.

Vous écrivez : «…c’est plutôt un enterrement…». Non ! C’est au contraire (à mon sens bien évidemment), une proposition sincère, réaliste et visionnaire, visant à imaginer et répartir le plus équitablement possible les devoirs et droits d’aides et d’entraides participatives et contributives des vieux, des jeunes et des adultes. C’est inéluctable. Il est évident que dans le contexte économique, social et environnemental actuel, les bonnes volontés ne suffisent plus. Les caisses sont vides et l’avenir manque de clarté pour les engagements durables concernant le bien-être des vieux avant leur mort sociale précédent leur mort physique.

Avant de lire mon présent commentaire, je vous propose une intertextualité que j’ai fait paraître sur [http://www.marianne.net/Suicide-des-anciens-le-tabou-francais-_a230479.html] le Suicide des « anciens » : le tabou français ! Vendredi 19 Juillet 2013 à 15:30 | Lu 3724 fois I 11 commentaire(s). 10.Posté par Daniel-Alain MASSICARD le 21/07/2013 08:52. (18D988). La ministre des personnes âgées et de l’autonomie, Michèle DELAUNAY, a présenté le rapport Monalisa la semaine dernière. L’objectif principal de cette commission est de lutter contre le phénomène d’isolement des seniors provoquant plus de 3.000 cas de suicides par an en France.

SOMMAIRE.

(1). Les 11 étapes vers la finitude : Procréation, naissance, enfance, jeunesse, adulte, vieillesse, solitude, isolement, renoncement, dépendance et dénouement.
(2). Le renoncement vers la finitude qui nous attend tous.
(3). Le changement pour les vieux, ce n’est ni maintenant et pas encore pour demain !
(4). bien se nourrir, bien se divertir et bien dormir en attendant de bien mourir … faut-il vivre autrement pour vivre bien et bien plus longtemps !?
(5). Avec la capote nestor, je ne suis pas né, je ne suis pas mort !
(6). J’ai été ce que vous êtes, vous serez ce que je suis … peut-être !?
(7). Nous ne sommes propriétaire de rien (au sens mortel), nous ne sommes que des locataires.
(8). Tel le phénix, chaque être et chaque chose renaissent de leurs cendres.

DÉVELOPPEMENT.

(1). LES 11 ÉTAPES VERS LA FINITUDE : PROCRÉATION, NAISSANCE, ENFANCE, JEUNESSE, ADULTE, VIEILLESSE, SOLITUDE, ISOLEMENT, RENONCEMENT, DÉPENDANCE ET DÉNOUEMENT.

Que c’est triste la vieillesse quand les jeunes et les adultes d’une société, n’aiment pas ou n’aiment plus leurs vieux ! Oui, j’affirme ici que les jeunes et les adultes se sont considérablement éloignés de leurs devoirs et obligations envers leurs vieux. Frappés par les problèmes du chômage, ils ne sont pas prêts à contribuer, participer et donner bénévolement de l’affection, du temps et de l’argent pour les exigences matérielles, financières et aides aux tâches temporelles des besoins des vieux.

On parle de BÉNÉVOLAT ! Pourquoi n’utilise-t-on pas la puissance de travail de plus de 3 millions de chômeurs (indemnisés ou pas) qui, s’ils ne disposent pas d’argent, pourraient au moins pendant des périodes préétablies, en attendant de retrouver un emploi, mettre leurs bras à disposition de leurs aînés, pour les aider dans leurs quotidiens, que ce soit en institutions ou à domicile !

Je propose depuis de nombreuses années, que l’on institue un système que je désigne (SERS) : Solidarité, Équité et Réciprocité Sociale, à partir d’un compteur (DÉCITEMPS) : DÉCIsion de consacrer du TEMPs Social.
Ceux et celles qui ont bénéficié ou qui bénéficient de solidarité publique devraient par réciprocité, consacrer du temps à disposition des associations, services publics et aides à la personne. L’agence gérant le Dispositif (SCV) : Service Civil Volontaire, les emplois d’avenir et autres, devraient s’impliquer dans cette proposition.

Posons-nous les vraies raisons de cette indifférence de la jeunesse et des adultes aux problèmes de la vieillesse !? Pourquoi sommes-nous dans cette configuration générationnelle ou les personnes censées prendre en charge les vieux, ne le font pas ou peu ou si mal !?

J’ai 75 ans. Pendant que je suis encore indépendant, j’ai mis en place un système d’anticipation dans une configuration de personne seule, n’ayant plus ou beaucoup moins de besoins, d’envies, de désirs et de plaisirs. Pour ce faire, j’ai procédé à une refonte radicale de ma façon de vivre qui, sans être opulente, était très agréable quand j’invitais et régalais (sous-entendu quand c’est moi qui payais) des sorties, des événements familiaux, des séjours de vacances, des voyages, etc. …, etc. … ! J’ai donc, disais-je, changer radicalement ma façon de consommer par le RENONCEMENT.

(2). LE RENONCEMENT VERS LA FINITUDE QUI NOUS ATTEND TOUS.

La VRAIE révolution des vieux, c’est quand ils voudront, sauront et pourront de leur vivant, et pendant qu’ils sont encore conscient et indépendant, renoncer aux biens, aux choses, aux pouvoirs et aux honneurs de ce monde, et qu’ils voudront, sauront et pourront passer les relais aux générations présentes et à venir, AVANT de mourir eux-mêmes physiquement. BENOIT XVI vient de nous indiquer le chemin à suivre : Qui que nous soyons et quel que soit notre position sociale, la destinée de chaque être humain est de NAÎTRE, ÊTRE ET DISPARAÎTRE, et de réussir le plus agréablement possible son propre passage sur terre avec et pour le monde pour tous.

Ce qui nous fait peur et c’est un paradoxe, c’est de DISPARAÎTRE SOCIALEMENT AVANT DE DISPARAÎTRE PHYSIQUEMENT ! Et ça, on ne s’y fait pas ! On ne l’accepte pas ! Tellement pas d’ailleurs que nous ne nous y préparons pas individuellement. Nous déléguons beaucoup trop de jugements (décisions, engagements, actions, etc. …) sur la responsabilité du monde qui nous entoure, pour anticiper et résoudre toutes sortes de problèmes et de complications assujetties ou découlant en premier lieu du monde à soi (telle que la retraite, le vieillissement, la dépendance, etc. …) pour prolonger notre existence, quel qu’en soit le coût pour les générations présentes et à venir.
(3). LE CHANGEMENT POUR LES VIEUX, CE N’EST NI MAINTENANT ET PAS ENCORE POUR DEMAIN !

Le désintérêt des jeunes et des adultes est prégnant voire inquiétant ! Ça va être dur, dur pour ceux et celles qui n’auront pas les ressources physiques, psychiques, psychologiques, matérielles et … financières. Il n’y a pas que le temps qui passe ; nous aussi nous passons. Quand le temps actif est passé, le temps qui reste pour le plus grand-nombre, devient le temps des comptes quand ce n’est pas celui des règlements de compte. Apprenez à vivre seul le plus tôt possible, en réduisant ou renonçant aux biens et aux choses de consommation courantes. Par contre, ne vous dépouillez pas de votre argent, de vos objets de valeurs et ni de vos biens immobiliers. Gardez-en au minimum l’usufruit. Ce sont vos sésames pour ne pas être oublié de vos héritiers. C’est finalement le conseil que je retiendrais de cette brève réflexion. À vrai dire, je n’en attendais pas davantage.

(4). BIEN SE NOURRIR, BIEN SE DIVERTIR ET BIEN DORMIR EN ATTENDANT DE BIEN MOURIR … FAUT-IL VIVRE AUTREMENT POUR VIVRE BIEN ET BIEN PLUS LONGTEMPS !?

Pour participer à la réflexion, je me suis demandé ce que je voulais, savais et pouvais faire dans le monde à moi, pour contribution personnelle. J’en ai conclu qu’ayant eu ma part, je devais dorénavant consommer autrement et de façon plus raisonnable. À 75 ans, j’ai fait mon examen de conscience et j’ai décidé de me tester, sur mes aptitudes et capacités à «vivre autrement tout seul», c’est-à-dire à renoncer à un bon nombre d’habitudes, pour tant que je ne suis plus concerné par de multiples obligations et besoins d’exister avec le monde pour tous. Je n’entreprends presque plus rien et gentiment, mais sûrement, j’entre dans le renoncement et la finitude. Tout ce que j’économise me permet de constituer un matelas financier que je place pour, si besoin, subvenir à financer pour partie, mes dépendances à venir.

Voilà ce que j’ai définitivement ou partiellement supprimé (et ce n’est pas du second degré, je le fais réellement) :

1). J’ai supprimé les douches et les bains : Je me lave à l’eau froide ou juste tiède.
2). J’ai supprimé la voiture : Je peux encore marcher pour aller prendre les transports en commun et surtout, j’ai tout mon temps car je n’ai plus de rendez-vous obligés tel que pour exemple : LE TRAVAIL.
3). J’ai supprimé les repassages de linges et de vêtements courants : Chez moi, je ne m’habille plus (je circule en slip et maillot) et quand je sors pour faire mes courses, c’est juste le nécessaire. Je ne mets plus de chemise et de cravate. Cela me fait faire des économies de nettoyage (pressing) et d’énergie en CO2 (eau, électricité, produits lessiviels) de machine à laver le linge et de centrale de repassage.
4). Le ménage : J’ai supprimé toutes les moquettes et tapis (budgétivores de CO2 en matière de ménage par aspirateur) et les ai remplacé par du carrelage ou parquet vitrifié. Je fais faire le ménage des espaces de vie, qu’une fois tous les 15 jours à savoir : Ma chambre, la cuisine, la salle de bain, les WC, l’entrée et les couloirs d’accès.
Tout le reste à savoir : Salle de séjour, balcon, etc. …, une fois par mois … et encore ! Le balcon, c’est tous les semestres voir tous les ans.
5). Les repas : Je ne cuisine qu’une fois par semaine voir parfois tous les 15 jours et je congèle.
6). J’ai aussi supprimé radicalement pour améliorer ma santé : Les plats-traiteur, les plats industriels préparés-congelés, les pâtisseries, les viennoiseries, les confiseries, les biscuiteries, les charcuteries, les fromageries, les vins, les alcools, le tabac, les sirops, les bières, les sodas, les glaces.
7). J’ai supprimé les éclairages redondants, partout où ce n’est pas nécessaire.
8). J’ai supprimé les séances chez le coiffeur. Je me rase moi-même la tête, tous les matins.
9). Et enfin, j’ai supprimé toutes les sorties, les vacances annuelles, les voyages, les meetings, les spectacles, les invitations chez moi et ailleurs, les restaurants, etc. … !

Avez-vous d’autres propositions !? (Autres que le bûcher si possible …).

(5). AVEC LA CAPOTE NESTOR, JE NE SUIS PAS NÉ, JE NE SUIS PAS MORT !

Finalement je vais moi-même conclure que la plus vraisemblable façon d’assurer une bonne vieillesse aux générations futures, eut égard à mon expérience, c’est encore et peut-être depuis toujours celle de ne pas en avoir (de vieillesse) ou pour le moins, d’en freiner l’expansion ! Comme l’a écrit le regretté COLUCHE : Avec la capote Nestor, je ne suis pas né, je ne suis pas mort ! Avez-vous pensé amis terrien, que si l’on ne change pas notre façon de vivre, de consommer, de griller nos ressources, nous allons inéluctablement vers la fin de notre civilisation !? Vous y croyez toujours à la multiplication des pains et des poissons (qu’on peut apparenter à la course à la croissance) !? À la manne céleste !? Car, ne vous y trompez pas, toute proposition qui va nous être suggérée, tiendra du domaine de la foi et utilisera les mêmes subterfuges : LES MIRACLES !

(6). J’AI ÉTÉ CE QUE VOUS ÊTES, VOUS SEREZ CE QUE JE SUIS … PEUT-ÊTRE !?

Jeunes et adultes, soyez indulgents vis-à-vis des vieux. Entre ceux qui sont riches et ceux qui sont pauvres, il y a tous les autres. Tous ceux qui ne sont ni riches, ni pauvres, en bascule permanente, qui ne le disent pas mais espèrent, en secret, faire partie encore des heureux élus, visités par la CHANCE, pour pouvoir bien se nourrir, bien dormir et bien se divertir en attendant de bien mourir. S’il est vrai que l’argent (des autres) ne peut pas seul, faire notre et votre bonheur (aux dires de ceux qui en ont) c’est pourtant et surtout cet argent-là qui nous fait défaut et ENVIE tout au long de notre vie ! Non ? Je n’en veux pour preuve que les attentes fébriles des joueurs de tout âge, à tous les jeux d’argent.

AVANT le tirage au sort, ils ESPÈRENT et APRÈS, s’ils sont gagnant de sommes importantes, ils ne le chante pas sur les toits car, de pauvres devenu riches, ils savent qu’ils vont devoir se cacher de tous les ENVIEUX qui les attendent au coin de leur fortune et là, leurs perceptions, leurs raisonnements et leurs jugements vont prendre une tout autre tournure … concernant la protection sociale, le partage, la distribution, la redistribution, les produits financiers, les taxes, les impôts, les paradis fiscaux, etc. … etc. … Sachez qu’au bout du bout, TOUT, absolument TOUT se renouvelle.

(7). NOUS NE SOMMES PROPRIETAIRE DE RIEN (AU SENS MORTEL), NOUS NE SOMMES QUE DES LOCATAIRES.

Tous, nous voulons plus et mieux pour soi-même, mais seulement quelques-uns d’entre nous seront capables de faire plus et mieux par soi-même pour laisser après eux, une trace de leur passage. Nous sommes destinés à perpétuer ce mouvement et à transmettre nos héritages pendant et ou après notre propre existence. Nous naissons pour retourner d’où nous venons. ARISTOTE nous a laissé une pensée : «Phusis archè kinéseôs» : La nature est le principe du mouvement ; elle se renouvelle indéfiniment.

(8). TEL LE PHÉNIX, CHAQUE ÊTRE ET CHAQUE CHOSE RENAISSENT DE LEURS CENDRES.

LAMPEDUSA disait : «Il faut que tout change pour que rien ne change». Le monde à soi et le monde pour tous doivent être en recherche constante d’harmonie, de coexistence, de concordance, de convergence, de corrélation et de cohésion pour une vie bonne à soi avec le monde pour tous. Le monde pour tous est en perpétuel mouvement, classement, déclassement, reclassement, changement, renouvellement, remaniement, bouleversement, etc. … Nous devons constamment y ajuster le monde à soi. Chacun d’entre nous doit s’en rendre compte, prendre en compte et rendre des comptes, pour les générations présentes et à venir.

VID

05/02/2014 05h01

Certains poussent les vieux au suicide: entrez les mots clés dans Google

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement