Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Droit

Le droit souple, une solution pour les collectivités territoriales contre l’inflation des normes

Publié le 02/10/2013 • Par Brigitte Menguy Jean-Marc Joannès • dans : A la une, Actu juridique, France

Conseil d'Etat
Fotolia
Le Conseil d'Etat a rendu, mercredi 2 octobre 2013, son étude annuelle consacrée en 2013 au droit souple. Son rapporteur général, Jacky Richard, nous explique ce choix et nous démontre l'actualité d'un tel sujet.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pourquoi le Conseil d’Etat a-t-il choisi le thème  du droit souple ?

L’intérêt de cette étude annuelle 2013 est que le Conseil d’Etat prend position sur des évolutions qui se font jour depuis plusieurs années. On constate, en effet, une profusion d’instruments juridiques qui ont en commun de ne pas obliger leurs destinataires mais qui contribuent à orienter les comportements. De plus en plus utilisés par les pouvoirs publics et aussi par des émetteurs privés, ces instruments se présentent sous des appellations variées : recommandations, normes techniques, référentiels de bonnes pratiques, contrats-types, chartes, codes de bonne conduite ou encore lignes directrices.

Le Conseil d’Etat s’est intéressé à la force normative de ces instruments juridiques et a souhaité prendre position sur le droit souple, donner aux pouvoirs publics une doctrine d’emploi de ce droit et enfin, insérer ce dernier dans une échelle de normativité graduée qui va du droit souple au droit dur. L’étude propose une grille de critères permettant d’évaluer l’utilité, l’effectivité et la légitimité du droit souple.

Quelle définition donne le Conseil d’Etat au droit souple ?

Au terme d’une démarche empirique, le Conseil d’Etat a défini le droit souple par trois critères.

Tout d’abord, le droit souple est du droit et, à ce titre, il a pour objet de modifier les comportements.

Le second critère qui le distingue du droit dur, est qu’il ne créée pas par lui-même de droits ou d’obligations.

Le troisième critère définit le droit souple par rapport au non-droit. Ainsi, le droit souple a un certain degré de formalisation. A la différence du slogan ou de l’exhortation, c’est le mode d’élaboration et de structuration qui marque le passage du non-droit au droit souple.

Quelles sont les fonctions du droit souple ?

Tout d’abord, le droit souple peut intervenir en substitution au droit dur lorsque le recours à ce dernier n’est pas réalisable. Par exemple, pour favoriser la mise en œuvre d’une politique  (emplois d’avenir, protection des mineurs étrangers isolés),  le Gouvernement peut préférer la signature  d’une « convention d’engagement »  avec les associations d’élus.

Sa deuxième fonction, c’est l’accompagnement du droit dur, qui permet de déléguer au droit souple l’élaboration des modalités techniques des orientations essentielles.

La troisième est de mieux répondre aux mutations sociétales  émergentes.  La gouvernance d’Internet se fait par des dispositions de droit souple, la régulation des nouvelles formes de rassemblements festifs utilise au niveau local ces instruments car des  dispositions de droit dur seraient difficilement applicables en la matière.

Enfin, le droit souple peut se présenter comme une alternative pérenne au droit dur. Il y a des domaines où il n’est pas possible d’intervenir par le droit dur et la conciliation d’intérêts différents passent par des instruments de droit souple. Par exemple, dans le domaine sanitaire, les recommandations de la Haute autorité de la santé apparaissent appropriées pour concilier les besoins de standardisation et la liberté inhérente à l’exercice de la médecine.

L’intérêt du droit souple réside ici : participer à l’amélioration du droit par une meilleure applicabilité. L’idée est donc de veiller à la qualité du droit en utilisant des instruments de droit souple sans pour autant rejeter le droit dur. Le projet du Conseil d’Etat est de mieux mettre à sa place le droit dur dans son rôle de prescripteur. Devenu trop bavard, trop technique, le droit dur est peu lisible, mal applicable et changeant.

Quels bénéfices peuvent attendre les collectivités du droit souple ?

Le droit est devenu extrêmement profus avec beaucoup de prescriptions, d’interdictions qui suscitent des problèmes d’application notamment par les collectivités territoriales. Le développement des instruments de droit souple permettront de redonner au droit dur sa vraie vocation de prescrire, ordonner, interdire et de renvoyer au droit souple les conditions de mise en œuvre. Le recours au droit souple permettra ainsi aux collectivités territoriales de voir mieux prises en compte leurs différences, leurs particularités liées aux territoires et aux populations. Ainsi, Le développement de l’utilisation du droit souple redessine un cadre législatif allégé. Le droit souple est la réponse au débat des collectivités territoriales sur l’adaptabilité de la norme.

Mais quels risques aussi ?

Les risques existent. Tout d’abord, un risque de défaut de légitimité et de respect des champs de compétence ; le risque aussi d’utiliser le droit souple pour contourner les obligations du droit dur.

De plus, parce que le droit souple repose sur l’adhésion volontaire de ses destinataires, sa légitimité dépend étroitement de l’implication des parties prenantes concernées dans son élaboration laquelle doit se faire avec un maximum de transparence.

Enfin, une certaine insécurité juridique pourrait naître de l’incertitude sur la portée de l’instrument, ses destinataires ne sachant pas s’il s’agit du droit dur créant des droits et des obligations ou du droit souple. D’où l’importance de la proposition majeure que fait le Conseil d’Etat : élaborer une doctrine de recours du droit souple dont il donne les critères d’emploi.

L’ambition est que le droit souple contribue pleinement à la politique de simplification des normes et de la qualité du droit.

 Le droit dur n’a pas à craindre cette émulation ; il en sortira renforcé.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre le numérique au service de l'économie locale et renforcer l'attractivité des territoires ?

de Orange SAS

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le droit souple, une solution pour les collectivités territoriales contre l’inflation des normes

Votre e-mail ne sera pas publié

Adeubal

03/10/2013 09h21

Très bon article, simple et informatif. Je n’avais jamais envisagé les « recommandations » et autres comme du droit. Mais l’idée mérite d’être creusée.
Ce droit souple permettrait également de redonner un peu de pouvoir aux fonctionnaires qui ne seraient plus de simples exécutants paraissant obtus aux yeux de la population. Il leur faudrait retrouver la base de leur métier : le service au public. Et cette différence droit dur/droit souple peut les y aider.
En plus, on a beau dire, les fonctionnaires sont quand même formés et conscients de leur métier. Leur déontologie est souvent plus élevée que certains métiers. Si il existe des lacunes, la formation et le management sont censés pouvoir les combler.
Des abus existeront, bien sur, mais dans ce cas il faudra prévoir dès à la base des méthodes de recours vis à vis d’une décision. Et il en existe déjà, il faudra juste les rendre plus visible.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement