logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/197876/la-reforme-des-rythmes-scolaires-est-encore-en-rodage-a-paris/

EDUCATION
La réforme des rythmes scolaires est encore en rodage à Paris
Delphine Gerbeau | Régions | Publié le 01/10/2013

Un mois après la rentrée scolaire, le syndicat des instituteurs et professeurs des écoles Snuipp – FSU Paris tire un bilan plus qu’alarmiste de l’application des nouveaux rythmes scolaires.

« La rentrée scolaire a été complètement percutée par le périscolaire. Au bout de trois semaines, les collègues sont dépassés par la situation, déjà la tête sous l’eau. Ils sont dans une situation d’empêchement de travailler, ils courent après le temps », résume Jérôme Lambert, secrétaire départemental du syndicat. A partir des remontées issues d’une enquête à laquelle 160 écoles ont répondu, sur 663, le syndicat pointe plusieurs types de problèmes.

Le climat général dans les écoles est très tendu entre les enseignants, les agents de la ville de Paris et les parents, qui ont du mal à comprendre les nouveaux horaires issus de la réforme.

Des conséquences en maternelle – Pour le Snuipp, les conséquences sur les enfants sont fortes, surtout en maternelle : les mardi et vendredi, jour des temps d’activités périscolaires, les enfants peuvent avoir affaire à une dizaine d’intervenants différents, ce qui génère pour eux des problèmes de repérage spatio-temporels, et des difficultés à identifier leur référent.

Le syndicat pointe aussi les problèmes d’hygiène, liés au fait que les agents de service des écoles maternelles ont été déchargées de leur tâche d’entretien pour participer aux activités périscolaires. La mairie de Paris, qui a fait appel à des prestataires privés pour assurer le nettoyage des écoles, va cependant améliorer ce service.

Problèmes de sécurité – Enfin le recteur de Paris a reconnu qu’il se posait des problèmes de sécurité aux heures d’entrée et de sortie des enfants. A ce sujet, la mairie promet des améliorations à partir de novembre, et va fournir aux directeurs d’écoles des attestations professionnelles pour les personnes habilitées à rentrer dans les écoles.

« Structurellement, la réforme pose problème : on ne sait pas ce qu’on demande à l’école, au périscolaire. De plus l’irrégularité des journées pose problème. Enfin la mairie n’était déjà pas capable avant d’organiser du périscolaire du qualité, le problème n’est toujours pas réglé », résume Jérôme Lambert.

Le Snuipp devrait décider en fin de semaine des suites à donner à cette enquête, et pourrait appeler à une suspension de la réforme.