Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Grand Paris

Grand Paris : un choc mais pas de simplification !

Publié le 01/10/2013 • Par Romain Mazon • dans : France, Opinions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Bernard Gauducheau

Bernard Gauducheau

maire de Vanves (UDI) et conseiller régional d’Ile-de-France

On nous avait promis un « choc de simplification ». Le projet de métropole du Grand Paris, adopté le 23 juillet 2013 à l’Assemblée nationale, et devant le Sénat à partir du 2 octobre, est incontestablement un choc mais sans simplification. Le choc, c’est de vouloir créer un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) centralisateur et technocratique, marquant un retour vers le passé sur le plan institutionnel.

Paris y sera hégémonique et écrasera la légitimité des communes de première couronne, cellules de base de la démocratie de proximité. Quelle sera l’efficacité de la métropole éloignée du terrain et déconnectée de la vie quotidienne de 6,6 millions de Franciliens ? Le choc, c’est de voir l’Ile-de-France coupée en deux, avec une métropole du Grand Paris concentrant tous les pouvoirs, 85 % de la population et une majorité d’entreprises, et le conseil régional gérant des pans entiers de territoires de grande couronne abandonnés.

La métropole ? La région ! – En résumé, la complexification, c’est maintenant ! Le millefeuille administratif francilien s’épaissit d’un nouvel EPCI, de conseils de territoire et d’une conférence métropolitaine regroupant la région et les départements.
500 élus métropolitains viendront s’ajouter aux 134 conseillers généraux de première couronne, aux 163 conseillers de Paris et aux 208 conseillers régionaux. Cette réforme aura des conséquences coûteuses pour le contribuable. Pourquoi ne pas considérer que la région pourrait être la métropole en renforçant son action en liaison avec des villes regroupées au sein de communautés d’agglomération de 300 000 habitants ? Si le principal objectif de la réforme est de résoudre la crise du logement autant donner clairement cette compétence au conseil régional afin de mettre en cohérence les politiques d’habitat et de transport.

Pour réussir la réforme de la gouvernance territoriale francilienne, il faut tirer profit de l’expérience, des réussites et de la cohérence de ses territoires, des intercommunalités qui se battent avec succès, à l’instar de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest (1), pour défendre parallèlement la compétitivité de la région capitale, les services publics locaux et la qualité de vie des Franciliens.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Grand Paris Seine Ouest regroupe Boulogne-Billancourt, Sèvres, Issy-les-Moulineaux, Chaville, Meudon, Vanves et Ville-d’Avray. Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grand Paris : un choc mais pas de simplification !

Votre e-mail ne sera pas publié

Bastien

01/10/2013 11h03

Encore le conservatisme d’un chef de baronnie locale qui sait que sa baronnie est condamnée à terme, mais qui résiste des quatre fers au mépris de l’intérêt collectif. « Encore une minute Monsieur le bourreau », comme disait la Madame du Barry sur l’échafaud.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement