logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/196106/83-des-francais-favorables-a-la-videosurveillance-selon-un-sondage/

LIBERTÉS PUBLIQUES
83% des Français favorables à la vidéosurveillance, selon un sondage
Hervé Jouanneau | Actu prévention sécurité | Publié le 24/09/2013

Les Français se disent massivement favorables aux contrôles dans l'espace public (vidéosurveillance, utilisation de la biométrie dans les documents d'identité), selon un sondage Ifop publié le 24 septembre 2013.

Caméra de surveillance en ville [1]Le contrôle de l’espace public semble définitivement entré dans les moeurs. Tel est le principal enseignement d’un sondage publié le 24 septembre [2] et réalisé pour les salons Milipol (matériels de sécurité) et Cartes (sécurité sur internet) qui se tiendront conjointement au Parc des Expositions de Villepinte du 19 au 22 novembre prochains.

Selon cette enquête Ifop, 83 % des personnes interrogées approuvent la mise en place de caméras de vidéosurveillance (75 % en mars 2013, selon une enquête BVA [3]). 72 % des Français accepteraient en outre un système de reconnaissance faciale via une caméra et 82 % l’utilisation de la biométrie (puce contenant par exemple des empreintes digitales) dans la carte d’identité ou le permis de conduire.

La jeunesse de plus en plus favorable – « Fait significatif, cette attitude est partagée par l’ensemble de la population : même les jeunes y sont favorables (15-24 ans et 25-34 ans), validant l’idée que ces nouvelles générations de jeunes, à l’opposé de leurs aînés, ne sont pas à proprement parler libertaires et sont en demande d’autorité » commentent les auteurs de l’enquête. Seulement 23% des 15-34 ans sont défavorables aux caméras (contre 17% en moyenne), 35% des 15-24 ans désapprouvent la reconnaissance faciale (contre 27%). Selon l’IFOP, « dans une situation économique difficile et alors que l’actualité internationale est anxiogène (Syrie, Egypte, Mali…), la tentation d’un renforcement de la politique sécuritaire est grande ».

Sur internet, la mise en oeuvre de mesures de sécurité accrues, comme l’absence d’anonymat, n’est pas perçue comme un avantage pour les internautes. Seule exception, la lutte contre le terrorisme pour laquelle 80 % des Français et même 70 % des 15-24 ans accepteraient que l’Etat puisse accéder aux données en ligne de chacun.

Ce sondage a été réalisé du 19 au 22 août auprès d’un échantillon représentatif de 1.013 personnes âgées de 15 ans et plus interrogées par internet.

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN