Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité

Premier rapport de l’Observatoire national de délinquance

Publié le 03/03/2005 • Par La Rédaction • dans : A la une, France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’Observatoire national de la délinquance (OND) a rendu public, le 2 mars, son premier rapport. annuel Cette instance avait été créée en novembre 2002 par Nicolas Sarkozy pour « rendre plus crédibles les statistiques de la criminalité ». Le président de l’Observatoire, Alain Bauer, a précisé qu’il s’agissait de « rendre lisible et comparable la nature même de la statistique criminelle ». L’OND souhaite ainsi que « tout » soit comptabilisé: « ce qui est révélé, ce qui n’est ni déclaré, ni constaté, ni pris en compte par les services », a résumé Alain Bauer, tels que les faits consignés dans les « mains courantes » sans avoir fait l’objet de plaintes. Ce rapport souligne, en l’état, « l’impossibilité d’une connaissance totale » du phénomène et critique les outils actuels de sa mesure. Le principal à ce jour (la statistique annuelle établie par la police et la gendarmerie appelé « état 4001 ») est « ancien, complexe, partiel, parcellaire, partial parfois », a estimé Alain Bauer. Et de déplorer que l’on sache (presque) tout des faits de crimes et délits, mais que l’on ignore tout des victimes. Quant aux chiffres bruts: « si une année, il y a 400.000 cambriolages de moins, mais 200.000 actes de violence de plus, il y aura une baisse importante de la délinquance totale, mais une explosion de violence insupportable », a-t-il expliqué. Violence « dont le rythme de hausse s’est réduit, mais qui reste à un niveau élevé »: elle a crû de « 72% en huit ans (de 1996 à 2004), rapidement de 1999 à 2001, puis s’est ralentie de 2002 à 2004 », selon lui.
L’une des dix « préconisations » phares de l’OND consiste à réaliser chaque année une « enquête de victimation » pour révéler « la face cachée » de la délinquance et avoir une « visibilité forte du réel subi par les personnes tel qu’elles le ressentent », a souhaité Alain Bauer.La première « grande enquête » de ce genre aura lieu en 2006. L’OND préconise également qu’un « numéro unique » entre police, gendarmerie, justice, soit attribué à chaque plainte pour qu’on « puisse suivre sa trace » sans se heurter à des différences de nomenclature qui rendent impossible « aux victimes, aux avocats, aux auteurs » d’en connaître la destinée. La création « par le ministère de l’Intérieur d’une définition précise » des violences urbaines, l’extension au secteur privé de l’enquête de l’Education nationale sur les signalements de violences et la mention systématique de l’âge et de sexe des victimes « pour mieux appréhender les infractions les plus couramment commises sur les femmes et les mineurs » sont aussi proposées.

Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Premier rapport de l’Observatoire national de délinquance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement