logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/192271/je-veux-rassurer-les-acteurs-de-la-politique-de-la-ville-naima-charai-presidente-de-lacse/

POLITIQUE DE LA VILLE
« Je veux rassurer les acteurs de la politique de la ville » – Naïma Charaï, présidente de l’Acsé
Hervé Jouanneau, Hugo Soutra | A la Une prévention-sécurité | Actu experts prévention sécurité | Publié le 06/09/2013 | Mis à jour le 10/09/2013

Dans un entretien accordé au Club Prévention-Sécurité, la présidente de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) revient sur la création du Commissariat général à l'Egalité des territoires (CGET) qui comportera un pôle "Politique de la Ville" réunissant les principales institutions du secteur. Evoquant le projet de loi "Ville et cohésion urbaine" préparé par le ministre délégué François Lamy, Naïma Charaï en profite pour rassurer les acteurs de terrain.

La création d’un commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) a été actée en juillet. Il réunira la Datar, le secrétariat général du comité interministériel des villes et votre Agence nationale de cohésion sociale. Avant que l’arbitrage ne soit rendu, vous aviez exprimé de fortes réticences. Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

Le Comité interministériel de modernisation de l’action publique du 17 juillet dernier a en effet dévoilé le profil de ce commissariat général qui sera composé de deux pôles : un pôle « ruralité et aménagement du territoire » qui reposera sur la Datar et un pôle « politique de la ville » qui va s’appuyer sur un rapprochement entre le SG-CIV et l’Acsé. En tant que présidente, j’ai exprimé des inquiétudes pour rappeler la nécessité de maintenir les ...

REFERENCES


CHIFFRES CLES

  • Le taux de chômage dans les ZUS s’établissait à 22,7% en 2011, contre 8,5% dans les territoires hors ZUS, soit un taux 2,7 fois supérieur.
    La crise de l’emploi a également davantage touché les ZUS : entre 2008 et 2011, le taux de chômage y est passé de 16,7 % à 22,7 %, alors qu’il augmentait de 7,6 % à 9,4 % dans leurs agglomérations.
  • Le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans résidant en ZUS a atteint 40,4% en 2011, contre 21,6% dans les agglomérations comprenant une ZUS.
    A niveau de diplôme équivalent, les taux de chômage en ZUS sont toujours, au moins, 2 fois supérieures à ceux du reste du territoire.

Si le taux de chômage en ZUS est particulièrement élevé, c’est notamment du fait des caractéristiques de la population qui y réside :

 

  • 42% des actifs de 15 à 64 ans résidant en ZUS sont sans diplôme (ou titulaires seulement du brevet) contre 22% dans les territoires hors ZUS
  • 18% des actifs de 15 à 64 ans résidant en ZUS ont un diplôme au moins égal à Bac+2 contre 33% dans sur le reste du territoire.
  • Les moins de 30 ans représentent 37,7% de la population en ZUS, contre 31,2% hors ZUS.
    16% des résidents en ZUS ont moins de 26 ans, contre 12% sur le reste du territoire.
  • Les personnes d’origine immigrée représentent 29,2% de la population en ZUS, contre 10,2% dans les territoires hors ZUS.
  • La part des personnes vivant sous le seuil de pauvreté (964 euros mensuels) est de 36,1% en ZUS, soit 2,9 fois plus que dans leurs agglomérations.


POUR ALLER PLUS LOIN