logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/19216/canicule-nouvelle-mobilisation-avec-le-plan-national-canicule-2005/

SOCIAL
Canicule: nouvelle mobilisation avec le « Plan national canicule » 2005
La Rédaction | A la une | Actualité Club Techni.Cités | France | Publié le 21/06/2005 | Mis à jour le 22/07/2013

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, présentera mercredi son "Plan national canicule" 2005, déjà déclenché cette semaine dans trois départements en raison de la vague de chaleur qui touche la France et plusieurs pays européens.

Le ministre a demandé aux préfets d’activer le niveau 2 du plan canicule (qui en compte quatre) dans le Rhône, le Vaucluse et le Territoire de Belfort, estimant que "la vague actuelle de chaleur pourrait présenter un risque sanitaire".

Dans ces départements, les préfectures sont invitées à "mobiliser les mairies, les établissements de santé et médico-sociaux afin qu’ils puissent préparer la mise en oeuvre des mesures de protection des personnes vulnérables". Parallèlement, les médias publics vont diffuser les messages de recommandations sanitaires du ministère de la Santé.

Après la canicule de 2003, qui avait entraîné la mort de 15.000 personnes en France (sur 30.000 en Europe), le gouvernement a mis en place dès l’an dernier un plan pour éviter les dysfonctionnements et le manque de moyens des urgences ou des maisons de retraites révélés par la catastrophe.

En vertu de ce plan, Météo-France, en liaison avec l’Institut national de Veille sanitaire (InVs [1]), publie chaque jour depuis le 1er juin, et jusqu’au 1er octobre, à 06H00 et 16H00, une carte "Vigilance chaleur".

En outre, le ministère de la Santé a mis en place une plate-forme qui traite les messages électroniques (via le site du ministère www.sante.gouv.fr) comme les appels téléphoniques au numéro "Canicule info service" (08.21.22.23.00, 0,12 euros/minute).

Comme en 2004, le plan canicule 2005 s’articule autour de quatre niveaux d’alerte, mais ceux-ci changent de noms :

Le niveau 1 (vigilance) s’appelle maintenant "veille saisonnière" et est activé du 1er juin au 1er octobre.

Le niveau 2 (alerte) devient "pré-alerte", il est déclenché par le ministre de la Santé qui constitue une cellule de crise pour coordonner les actions et informer la population, dans le ou les départements concernés.

Quand la vague de chaleur débute, le niveau 3 (intervention), renommé "alerte", entraîne une mobilisation dans les maisons de retraite ("plan bleu"), les hôpitaux ("plan blanc") et auprès des personnes âgées ou handicapées isolées qui ont fait l’objet d’un recensement ("plan vermeil"). Les associations de bénévoles sont mobilisées.

Enfin, le niveau 4 qui ne s’intitule plus "réquisition", mais "mobilisation maximale" est déclenché si les conséquences de la canicule dépassent le champ sanitaire. Le Premier ministre peut alors réquisitionner tous les moyens civils et militaires adaptés à la gestion d’une catastrophe.