Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Europe

Europe. Les vertus du principe « pollueur payeur »

Publié le 10/01/2006 • Par Laurence Madoui • dans : Actualité Club finances, France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’Agence européenne de l’environnement salue les bénéfices de l’éco-fiscalité.

Le principe « pollueur payeur » permet de « réduire les volumes d’eau polluée et offre la solution la plus rentable en vue de respecter la réglementation européenne », constate une récente étude de l’Agence européenne de l’environnement sur « l’efficacité des politiques en matière de traitement des eaux résiduaires urbaines », menée dans six pays (1). Cet outil fiscal a ainsi bien fonctionné au Danemark, qui a complètement réalisé les objectifs de la directive de 1991 sur les eaux résiduaires urbaines, et aux Pays-Bas. « L’exemple néerlandais montre l’avantage financier des solutions mises en place en amont pour régler le problème de la pollution des eaux sur celles instaurant un paiement pour une épuration en fin de cycle ». Selon l’Agence de Copenhague, « le modèle néerlandais, fondé sur la perception de ‘taxes sur la pollution de l’eau’ élevées et sur la répartition intégrale des coûts de l’assainissement, (…) est le plus rentable des exemples cités dans ce rapport ». En France, « le niveau des taxes sur la dépollution des eaux usées demeure modeste au regard des normes européennes et le système de taxation pourrait être corrigé afin de permettre de rattraper le retard constaté dans la mise en oeuvre de la directive ». Dans l’Hexagone, 58 % des effluents de stations d’épuration sont en dessous des seuils requis dans les zones sensibles ; ailleurs, le taux est de 37 %.

1. : (Danemark, Espagne, Estonie, France, Pays-Bas, Pologne)

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Europe. Les vertus du principe « pollueur payeur »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement