Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elus

Des conseillers généraux plus politisés et plus spécialisés

Publié le 08/06/2006 • Par La Rédaction • dans : France

Une étude réalisée pour l’Union des conseillers généraux de France (UCGF) par Jean-Philippe Roy, maître de conférence en sciences politiques, montre que les quelque 4223 conseillers généraux français sont de plus en plus politisés, spécialisés et aspirent à voir reconnaître leurs compétences accrues par un véritable statut.
Cette radioscopie, effectuée à partir des réponses de 1007 élus cantonaux à un questionnaire, fait d’abord apparaître un portrait-robot sans surprise. Les conseillers généraux sont massivement des hommes (87,6%), de plus de 50 ans (75,1%), au moins au niveau bac (84,2%), qui, lorsqu’ils ne sont pas retraités (38,4%) sont salariés du public ou travailleurs indépendants.
Autre caractéristique: le lien très fort unissant mandats cantonal et municipal. 76,7% des conseillers généraux sont également maire, conseiller municipal ou membre d’un exécutif intercommunal.
La réputation « d’apolitisme » des conseillers généraux sort écornée : un quart seulement (25,4%) déclarent n’appartenir à aucun parti. Parmi tous les autres, se dessine une nette bipolarisation entre PS (29,7%) et UMP (30,2%).
L’étude montre que les élus ont une vision départementale de plus en plus homogène, directement liée aux compétences nouvelles accordées aux départements par la décentralisation, notamment dans le domaine de l’action sociale et de l’aménagement.
Pour ces élus qui consacrent en grande majorité au moins 2 jours par semaine à leur mandat, celui-ci est devenu un véritable métier (74,8%). A 70%, ils souhaitent donc un statut assorti de garanties nouvelles, notamment en matière de retraite et formation.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des conseillers généraux plus politisés et plus spécialisés

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement