Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Sécheresse : la situation pourra rester difficile cet été, selon le ministère de l’Ecologie

Publié le 16/06/2006 • Par La Rédaction • dans : A la une, France

Les pluies de printemps ont pour l’heure évité le pire sur une partie du territoire, mais la France attaque l’été avec des sols déjà anormalement secs et des réserves comptées, selon le ministère de l’Ecologie, qui a appelé à la vigilance le 15 juin.
Grâce aux pluies des trois derniers mois, la situation sur le terrain est globalement meilleure que l’an dernier à la même époque, mais le déficit pluviométrique atteint 25% à l’échelle nationale.
Le manque de « pluies efficaces », celles qui tombées à l’automne et en hiver permettent la recharge des nappes souterraines, atteint 50 à 70% en Champagne-Ardenne, en Ile-de-France (notamment dans l’Oise), dans la région Centre et le long de l’axe Rhône-Alpes.
A l’est d’une ligne Le Havre-Chambéry, les précipitations ont été excédentaires, mais elles sont souvent intervenues trop tardivement pour pallier les déficits cumulés depuis trois ans.
En outre, les précipitations — jusqu’à trois fois excédentaires en Artois Picardie — sont restées très insuffisantes en Corse, dans l’extrême sud-est et sur le bassin versants de l’Adour (sud-ouest) : selon le ministère, seules 10 à 20% des pluies attendues sont tombées sur le pourtour méditerranéen.
En revanche, des régions très éprouvées en 2005 comme l’Ouest, la façade atlantique ou le Languedoc-Roussillon connaissent une situation plus favorable cette année. Mais début juin, le débit des cours d’eau était généralement inférieur à la normale.
Selon le ministère, quinze départements avaient, au 15 juin, déjà pris des arrêtés limitant les usages de l’eau dont certains concernent l’irrigation.
Les campagnes de sensibilisation ont déjà permis de diminuer la consommation des Français de 1% par an. Les surfaces de maïs, grosses consommatrices d’eau en été, ont diminué de 20 à 25% en deux ans et même 40% localement en Poitou-Charentes. Parallèlement, des pratiques alternatives émergent: récupération des eaux de pluies, réutilisation des eaux usées, ou désalinisation comme à Belle-Île (Morbihan).

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sécheresse : la situation pourra rester difficile cet été, selon le ministère de l’Ecologie

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement