logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/177180/manifeste-pour-une-centralite-suburbaine/

URBANISME
Manifeste pour une centralité suburbaine
La Rédaction | Ingénierie | Publié le 23/07/2013 | Mis à jour le 04/09/2013

Les villes du futur vont devoir tourner la page de la croissance quantitative et de l’étalement urbain aux dépens d’un territoire rural qui serait uniquement passif. La complémentarité entre un tissu urbain de qualité et un milieu rural qui s’assume a déjà été clairement annoncée par la trilogie des lois Voynet, Chevènement et SRU il y a maintenant dix ans. Où en sommes-nous ?

Ces réformes ont été précédées par des prises de conscience, souvent plus pragmatiques, dans d’autres pays d’Europe, telle que la politique de la ceinture verte en Allemagne dans les années 1970, et au Royaume Uni, où le concept de cité-jardin cher à Ebenezer Howard(1) était déjà né il y a plus d’un siècle.

Cette vision idyllique des cités-jardins prévoyait un réseau de villes moyennes de 30 à 32 000 habitants avec une ville centrale de 60 000 habitants environ. Cette approche correspondait à une échelle contrôlée et raisonnable de prime abord.

La ville à la campagne, un rêve qui a dérapé

Cependant, le développement de l’automobile et les trente glorieuses ont fait déraper le concept de « ville à la campagne » vers une extension mal contrôlée des agglomérations : la ...