Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Aide aux victimes

Face aux inquiétudes de l’Inavem, le gouvernement tente d’être rassurant

Publié le 24/06/2013 • Par Hervé Jouanneau Pascal Weil • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

Kerckhove Taubira Inavem
Inavem - om
A l’occasion de ses assises organisées les 20 et 21 juin à Roubaix, l’Institut national d’aide aux victimes et de médiation (Inavem) a renouvelé ses inquiétudes quant à la pérennité des financements des associations et a plaidé pour la tenue en urgence d’une concertation de tous les acteurs. La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a tenté de rassurer en annonçant une nouvelle augmentation des crédits en 2014. Quant au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, il a rappelé sa priorité de développer l’action des intervenants sociaux en commissariat et en gendarmerie en direction des victimes mais également des auteurs d’infractions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est dans un climat de fragilité des associations d’aide aux victimes que la garde des Sceaux, Christiane Taubira, a ouvert leurs 28èmes assises, qui ont rassemblé environ 200 personnes les 20 et 21 juin 2013 à Roubaix. L’occasion pour Michèle de Kerckhove, présidente de l’Institut national d’aide aux victimes et de médiation (Inavem), qui regroupe 140 structures, de lui faire part de ses inquiétudes sur la situation de l’aide aux victimes et son avenir.

Parmi les principales préoccupations : la précarité des financements des associations, la multiplication des intervenants au profit des victimes sans véritable cohérence et coordination, et le recentrage de l’action publique sur les bureaux d’aide aux victimes (BAV). Pour l’Inavem, il est donc urgent dans ce contexte d’engager une ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Comment mettre la donnée au service des politiques publiques ?

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Face aux inquiétudes de l’Inavem, le gouvernement tente d’être rassurant

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement