Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Emploi

Lorraine. La ville de Saint-Avold va réclamer 100 millions d’euros à Total

Publié le 15/09/2006 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le maire de Saint-Avold (Moselle) André Wojciechowski (UMP) a affirmé le 14 septembre qu’il demanderait 100 millions d’euros à Total pour « redynamiser » le site de Carling, où sa filiale Total Petrochemicals France veut supprimer 243 postes de travail d’ici 2011.
« Je demande à Total de bloquer 100 millions d’euros pour la redynamisation du secteur s’ils suppriment effectivement des emplois. (…) Cette somme correspond à l’effort de réindustrialisation qu’ils auraient dû faire chez nous depuis vingt ans au moins », a expliqué M. Wojciechowski.
Le maire de Saint-Avold fera cette demande à Total le 19 septembre lors d’une réunion à Bercy.
La direction de Total Petrochemicals France a présenté le 12 septembre en comité central d’entreprise (CCE) un « projet industriel pour assurer sa compétitivité », se traduisant d’ici 2011 par la suppression de 243 postes à Carling.
Ce plan est « véritablement un scandale » au vu des 7,12 milliards d’euros de bénéfice net réalisés par Total au premier semestre, alors que « Carling reste rentable », a affirmé André Wojciechowski. « On ne peut pas condamner un site parce que quelqu’un veut faire plus de bénéfice », a-t-il ajouté.
La direction de Total Petrochemicals, qui emploie 7.200 personnes dans le monde – dont 2.300 en France et 920 à Carling -, a assuré qu’aucun licenciement n’aurait lieu. Les suppressions d’emplois se feront par le biais de départs en retraite ou préretraite.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lorraine. La ville de Saint-Avold va réclamer 100 millions d’euros à Total

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement