La France veut diviser par deux le gaspillage alimentaire d’ici 2025
Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déchets

La France veut diviser par deux le gaspillage alimentaire d’ici 2025

Publié le 14/06/2013 • Par Laurence Madoui • dans : France

L’Association de restauration collective en gestion directe fait partie de la vingtaine de signataires du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire présenté, le 14 juin à Paris, par le ministre délégué à l’agroalimentaire. Guillaume Garot annonce notamment une nouvelle révision du Code des marchés publics.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Des représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme des Nations Unies pour l’environnement étaient présents, le 14 juin au ministère de l’Agriculture, pour dire tout le bien qu’ils pensent du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Cette initiative vise à diviser par deux, d’ici 2025, le gaspillage alimentaire, chiffré aujourd’hui à 20 kg par foyer et par an (soit une valeur annuelle de 400 euros par famille de quatre personnes allant à la poubelle).

Une nouvelle clause dans les appels d’offre – Signés par 18 partenaires (1), le pacte comporte 11 mesures, dont une – nouvelle – adaptation du Code des marchés publics.

Le ministre délégué à l’agroalimentaire a annoncé une circulaire « dans les prochaines semaines », qui précisera les conditions dans lesquelles les marchés publics de restauration collective pourront inclure une clause faisant des efforts de lutte contre le gaspillage alimentaire un critère d’évaluation des offres des candidats, « au même titre que le prix ou la protection de l’environnement ».

Sécuriser le don – Guillaume Garot a également indiqué que les pouvoirs publics travaillent, avec l’Association des maires de France, l’Association des départements de France et l’Association des régions de France, à la facilitation des dons alimentaires par les collectivités territoriales aux associations de leur territoire, qu’il s’agit de rendre « simple et fluide ».
L’Etat va ainsi expérimenter une plate-forme numérique de don des invendus, développée par la société Eqosphère, qui permettra de mettre en lien « émetteurs » (dont la restauration collective) et « acquéreurs » (associations). A l’issue de ce test d’un an, l’Etat précisera « les conditions techniques, juridiques et sanitaires de la faisabilité du don alimentaire », indique le dossier de presse du ministère.

Une durabilité allongée – Pour éviter que ne soient jetés des produits secs (farine, sucre, légumes et fruits secs …) encore comestibles, la mention « à consommer de préférence avant … » remplacera, début 2015, celle de « date limite d’utilisation optimale » (DLUO).
Les produits sous DLUO peuvent en effet être mangés sans risque sanitaire au-delà de la date indiquée, contrairement aux produits frais, objets d’une « date limite de consommation » (DLC).

Par ailleurs, le gaspillage alimentaire devra être un axe spécifique des plans départementaux (régional en Ile-de-France) de prévention des déchets ainsi que des programmes locaux de prévention.

Le 16 octobre, qui est la journée mondiale de l’alimentation, sera aussi en France la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire.

La FAO prépare une « boîte à outils », inventoriant les bonnes pratiques à diffuser chez les collectivités, distributeurs, restaurateurs et consommateurs. Le document « bénéficiera de l’expérience de tous les acteurs du pacte français », escompte Laurent Thomas, sous-directeur général de la FAO.

Les chiffres du gaspillage alimentaire | Create infographics

Notes

Note 01 représentant les pouvoirs publics, les organisations professionnelles agricoles, de l’agroalimentaire, de la grande distribution, de la restauration collective et de l’hôtellerie, les associations de consommateurs, d’aide alimentaire ainsi que la région Ile-de-France. Retour au texte

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La France veut diviser par deux le gaspillage alimentaire d’ici 2025

Votre e-mail ne sera pas publié

Pad

19/06/2013 11h34

A qui la faute ? Nos anciens, sans avoir raison à tous points de vue, savaient gérer les aliments. Mais petit à petit on a inculqué la « peur du bouton » et je suis effaré du comportement de certains qui préfèrent jeter plutôt que d’avoir un minimum de raison. 2025, la date est lointaine mais il faut du temps pour déconditionner les mentalités.

Il y a une totale confusion dans les dates qui sont indiquées à commencer la date de limite de vente et celle de limite de consommation. On s’est aperçu aussi que la marge de sécurité sur ces dates est un triple parapluie et qu’il est nécessaire de revenir à plus de justesse. Enfin, que sont les dates si, par exemple, la chaîne du froid n’est pas respectée ? Un autre aspect est le conditionnement qui trop souvent impose la sur-quantité – cela vise particulièrement les personnes vivant seules.

Nos modes de consommation ont instauré la psychose et je connais bien des gens qui gaspillent de façon aberrante sans se poser la moindre question, menées par le bout du nez par une date ! Je suis le témoin en colère du gaspillage sans limite dans la restauration collective, je vois aussi à quelles difficultés sont confrontées les associations caritatives. Nous avons tout mis en place, sans intelligence, pour aboutir à cela.

mickael

10/04/2014 06h29

Effectivement, à présent nous payons. De plus, le coût de la vie a augmenter. Le gouvernement va mettre en place un système drastique c’est certain.
Les personnes qui voudront pas respecter leurs lois paieront une forte amende. Comme d’habitude.
Heureusement qu’il y a des personnes et des sociétés qui essayent de lutter contre cela.
Comme par exemple la société Oxel qui propose des logiciels de suivi sur la consommation http://fightfoodwaste.com ou encore les belges ou les supermarchés sont dans l’obligation de redistribués les produits non consommés aux associations.

Après ce sont aux autres de suivent ce mouvement

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement