Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Alsace. A l’instar de GDF, Strasbourg aimerait privatiser son distributeur local

Publié le 15/09/2006 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Dans la foulée de la privation de Gaz de France en discussion à l’Assemblée nationale, la ville de Strasbourg souhaiterait pouvoir privatiser son distributeur local, Gaz de Strasbourg, dont elle détient jusqu’ici 50,1% des parts, a annoncé le 15 septembre la municipalité.
Un amendement au projet de loi sur l’énergie, qui vise à abolir l’obligation pour les collectivités locales de conserver la majorité du capital des sociétés d’économie mixte de distribution de gaz ou d’électricité imposée par la loi du 8 avril 1946 (lire en lien), a été développé « en partenariat avec la ville de Strasbourg », selon un communiqué de la ville.
« Il serait tout à la fois illogique et pénalisant que les opérateurs locaux ne puissent bénéficier de dispositions similaires » à celles autorisant l’Etat à réduire à quelque 35% sa part dans Gaz de France, estime la ville de Strasbourg.
Selon le député PS Armand Jung, qui s’oppose à ce projet, la ville espère réaliser une plus-value de 30 à 31 millions d’euros en faisant baisser sa part dans le capital de GdS de 50,1% à 33%, une plus-value destinée selon lui « avant tout » à « renflouer les caisses » de la ville.
Et Armand Jung d’estimer que cette privatisation risque de conduire « rapidement » à une réduction du nombre de salariés (334 à ce jour) de GdS, ainsi qu’à une hausse des tarifs pratiqués par le petit distributeur.
De son côté, la municipalité estime que cette évolution « n’aura pas d’incidence sur la situation du personnel, qui reste protégé par le statut particulier » des entreprises du secteur.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Alsace. A l’instar de GDF, Strasbourg aimerait privatiser son distributeur local

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement