Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Ile-de-France. Un mois après, rien n’a changé pour les expulsés de Cachan

Publié le 18/09/2006 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Un mois après leur évacuation, le sort des anciens squatteurs de Cachan est toujours dans l’impasse. La solution d’un hébergement provisoire à Limeil-Brévannes pour 200 d’entre eux étant suspendue à une décision de justice.
Le tribunal administratif de Melun doit se prononcer le 21 septembre sur un recours en référé déposé par le préfet du Val-de-Marne contre un arrêté de réquisition pris par le maire (DVG) de Limeil-Brévannes, Joseph Rossignol.
Ce dernier veut héberger provisoirement, dans d’anciens locaux du commissariat à l’énergie atomique (CEA) appartenant au ministère de la Défense les hébergés du gymnase de Cachan.
Son arrêté de réquisition, en date du 8 septembre, n’a jamais été appliqué, la préfecture refusant de lui laisser accès au site, gardé par les forces de l’ordre.
Constatant que le préfet, Bernard Tomasini, tardait à déposer un recours – finalement enregistré le 13 septembre par le tribunal administratif, cinq jours après l’arrêté municipal – M. Rossignol a contre-attaqué le même jour en justice.
Il a assigné le préfet en référé d’heure à heure devant le tribunal de grande instance de Créteil pour voie de fait. L’audience est aussi prévue le 21 septembre.
Le conseil général, à majorité communiste, s’est engagé à financer les travaux nécessaires pour rendre l’ancien bâtiment du CEA habitable.
Pour la préfecture en revanche, ce bâtiment « n’est pas destiné à un usage d’habitation », fait-elle valoir. Les sans-papiers « ont vocation à être reconduits dans leur pays d’origine », avait réaffirmé, le 13 septembre au Sénat, Nicolas Sarkozy, interrogé sur le sort des expulsés de Cachan. Dix l’ont déjà été, a-t-il annoncé le 14 septembre.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ile-de-France. Un mois après, rien n’a changé pour les expulsés de Cachan

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement