Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité

Utilisation des flashballs

Publié le 25/09/2006 • Par La Rédaction • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les policiers municipaux peuvent porter simultanément leur arme individuelle et un lanceur de balles de défense.
Le décret n° 2000-276 du 24 mars 2000 relatif à l’armement des agents de police municipale (voir en lien) a été modifié, par décret du 6 juillet 2004 (lire 2ème lien), afin d’ajouter les armes à projectiles non métalliques, de type « flashball », à la liste des armes que ces agents peuvent être autorisés à porter. Les dispositions de ce décret n’interdisent pas d’autoriser les mêmes agents à porter à la fois un flashball et une arme de poing de 4e catégorie. Par ailleurs, l’article 7 de ce décret précise que l’arme à projectiles non métalliques « peut être portée indifféremment par plusieurs agents de police municipale détenteurs d’une autorisation au cours d’une même mission ». En effet, le lanceur de balles de défense est plus une arme collective qu’individuelle. Les policiers municipaux peuvent donc porter simultanément leur arme « individuelle » et le lanceur de balles de défense, sous réserve du suivi effectif des séances d’entraînement annuelles prévues au décret précité, qui ne nécessite pas de modifications particulières à ce sujet. Il convient également de rappeler que l’emploi de cette arme reste limité, comme pour les autres, aux cas de légitime défense, et que le respect d’une distance de tir minimale de 7 mètres est souhaitable.

Références

QE de Thierry Mariani publiée au JO de l'Assemblée nationale du 5 septembre 2006, p. 9375, n° 86104

Domaines juridiques

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Utilisation des flashballs

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement