Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politique de la ville

Les 157 zones urbaines sensibles franciliennes ne forment pas un territoire homogène

Publié le 27/09/2006 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

D’après une étude, publiée le 22 septembre par l’Insee Ile-de-France, les zones urbaines sensibles franciliennes (ZUS) recouvrent des réalités très diverses. La région Ile-de-France compte 157 ZUS qui accueillent 1,3 million de personnes, soit un francilien sur huit. Six groupes de ZUS se dégagent de l’analyse.
Le premier groupe rassemble 12 ZUS à fortes disparités de revenus, soit 157 000 habitants. Elles sont concentrées principalement à Paris et dans les communes limitrophes. Le second groupe compte 16 ZUS accueillant relativement plus de familles monoparentales (103 000 habitants). Ces ZUS, situées essentiellement à Paris ou en petite couronne, abritent aussi plus de personnes seules. Le 3ème groupe compte 21 ZUS très peuplées avec beaucoup de familles nombreuses (330 000 habitants). Les jeunes y sont très nombreux et un demandeur d’emploi sur cinq a moins de 25 ans en 2004.
Le 4ème groupe regroupe 22 ZUS (109 000 habitants) en situation de pauvreté proche de la moyenne francilienne. Elles peuvent être qualifiées de « moins défavorisées ». Le taux de personnes à bas revenus, de 12,2 %, est semblable à celui de la région. Ces ZUS, dans leur très grande majorité, sont situées en grande couronne.
Les 25 ZUS (200 000 habitants) du 5ème groupe sont très défavorisées. 36 % des personnes ont de bas revenus et 27 % des habitants se déclaraient au chômage en 1999.
Enfin, 61 ZUS se trouvent en situation intermédiaire, soit 440 000 habitants (1/3 de la population totale des ZUS).
L’analyse a été menée à partir d’indicateurs issus de différentes sources, portant sur les revenus, la structure familiale, les caractéristiques démographiques, l’insertion professionnelle et la structure des logements sociaux.

La publication est disponible sur le site indiqué en lien.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les 157 zones urbaines sensibles franciliennes ne forment pas un territoire homogène

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement