Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

L’exploitation du gaz de houille dans le Nord-Pas-de-Calais à l’étude

Publié le 16/05/2013 • Par Emmanuelle Lesquel • dans : Régions

Du gaz à profusion produit localement et sans effets secondaires. C’est à ce tableau prometteur que le député du Nord, Christian Bataille semble croire. Le mardi 14 mai 2013, sa visite sur le bassin minier l’a convaincu des perspectives intéressantes offertes par le gaz de houille. Ce gaz est présent de façon abondante dans les couches de charbon profondes du bassin désormais classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Et contrairement au gaz de schiste, il n’a pas besoin pour être exploité de la contestée fracturation hydraulique ; technique désormais interdite en France.

Bientôt du gaz de houille made in France ? L’étude parlementaire sur les gaz de schiste (1) a entraîné les deux rapporteurs Christian Bataille député (SRC, Nord), et Jean-Claude Lenoir, sénateur (UMP, Orne) à s’intéresser aussi aux perspectives d’exploitation du gaz de houille.

« Il semblait intéressant de regarder du coté de ce gaz dont l’exploitation ne nécessite pas de fracturation hydraulique et qui est largement présent dans la région Nord-Pas-de-Calais. Il y est d’ailleurs déjà partiellement exploité via le gaz de mines », résume le député du Nord.

Gaz de mines déjà exploité – Ce gaz de mines, ou « grisou » remonte naturellement à la surface suite à l’exploitation intensive du charbon sur le bassin minier. Depuis la fin des années 80, ce gaz (composé majoritairement de méthane) est récupéré, notamment pour des raisons de sécurité, et renvoyé sur le réseau de gaz naturel.

« 75 millions de m3 sont produits chaque année sur le bassin minier soir l’équivalent de 540 MWh ou la consommation d’une ville de 60 000 habitants. Depuis le début de l’exploitation du « grisou», 15 TWh ont été ainsi récupérés » précise patrice Delattre, délégué général de l’association des communes minières de France (Acom France).

Forage des couches profondes – Son cousin le gaz de houille est lui présent dans les importantes couches de charbon profondes. Pour pouvoir espérer le récupérer il faudra faire des forages à 1500 voire 2500 m de profondeur estime le député. Six dossiers d’explorations ont été déposés par Gazonor (la société qui s’occupe déjà de la gestion du gaz de mines) pour explorer la faisabilité et l’éventuelle rentabilité de ce type de forages.

Si les dossiers répondent aux obligations réglementaires, la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) devrait donner prochainement son feu vert pour deux premiers forages expérimentaux. Les sites d’Avion (62) et de Divion (62), pourraient ainsi êtres explorés dés 2014, avec une exploitation possible en 2016 ou 2017.

« Le gaz de houille présent en Lorraine et dans le bassin minier représente 15 ans de consommation française. De quoi redresser un peu notre déficit commercial. En Lorraine, où les collectivités sont très favorables à cette exploitation, des forages expérimentaux sont déjà réalisés » détaille le député du Nord.

Associer les collectivités à l’exploitation des richesses – « Les membres de l’association des communes minières de France sont très favorables à cette exploitation du gaz de houille se félicite Jean-Pierre Kucheida, président de l’association. D’autant que l’évolution prochaine du code minier offre des perspectives nouvelles pour associer les collectivités à l’exploitation des richesses du sous-sol ».

Emissions de gaz à effet de serre – Tout n’est cependant pas si simple. Pour Jean-François Caron (EELV), maire de Loos-en-Gohelle (Pas de Calais), membre d’Acom France, si l’exploitation des gaz fatals de mines relève de l’évidence, l’exploitation du gaz de houille n’est pas une bonne idée. « Même si la fracturation hydraulique n’est pas utilisée, les forages peuvent avoir des impacts négatifs sur l’environnement. Qui plus est, il s’agit désormais d’investir sur des énergies d’avenir et non sur des énergies fossiles, fortement émettrices de gaz à effet de serre » explique-t-il.

Assurer la transition énergétique – Le maire de Douai (59), Jacques Vernier (UMP) tempère : « Je suis très favorable au développement des énergies renouvelables, mais la transition énergétique vers le solaire, l’éolien ou la biomasse va prendre du temps. Durant cette transition pourquoi ne pas utiliser du gaz produit localement plutôt que de l’importer ? Je poserai une question sur ce sujet lors du débat en cours sur la transition énergétique au conseil régional ».

Débloquer les gaz de schiste – Via le rapport (2) dont une première ébauche sera rendue en juin 2013, Christian Bataille espère pouvoir débloquer la situation des gaz de schiste : « Les socialistes ont fait une bêtise en interdisant la fracturation hydraulique, les techniques ont beaucoup évolué. Encadrer l’exploitation c’est bien, tout interdire c’est absurde ». Jean-Pierre Kucheida, président d’Acom France d’ajouter : « Seule la France et la Bulgarie ont interdit la fracturation hydraulique, c’est un non-sens. Il faut que les recherches se poursuivent ».

Régions

Notes

Note 01 Réalisée pour l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et intitulé « Les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels » Retour au texte

Note 02 (Réalisée pour l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et intitulé « Les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels » Retour au texte

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’exploitation du gaz de houille dans le Nord-Pas-de-Calais à l’étude

Votre e-mail ne sera pas publié

bodestein

17/05/2013 08h53

Jean Pierre Kucheida ????n’est ce pas le député maire sous le coup
d’une enquête pour corruption ou malversation ? Comment ces gens osent encore discuter de notre avenir.
Qu’il s’occupe du sien .

Lucine

28/05/2013 04h29

Ce n’est pas comme cela que l’on va prendre le chemin des économies d’énergie. Pour l’instant, tous les investissements réalisés ne servent qu’à consommer et gaspiller toujours plus d’énergie. Pour réduire notre déficit commercial, il faudrait déjà que les logements soient chauffés en moyenne à 17 degrés et pas à 21 comme aujourd’hui. Il est également possible de réduire fortement le trafic aérien, très énergivore. Le gaz de houille, c’est la fuite en avant vers l’effondrement climatique.

Rami

03/06/2013 05h16

Je ne vois pas pourquoi opposer une petite exploitation locale de gaz (qui représentera au plus une poignée de km3 par an) aux économies d’énergie. Actuellement 100% du gaz consommé en France est importé, en produire quelques % localement réduirait un peu le déficit commercial, mais ne ferait pas baisser sensiblement le prix du gaz, donc ne ferait pas obstacle au fait d’utiliser l’énergie plus efficacement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement