Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

La décentralisation en mode supersonique

Publié le 15/05/2013 • Par Jacques Paquier • dans : Billets finances

Pilots Working in an Aeroplane During a Commercial Flight
© SOMATUSCANI - Fotolia.com
La fondation Concorde propose ses solutions pour réduire la dépense locale. Avec un mépris teinté de méconnaissance des réalités de la France décentralisée.

Il n’y pas que l’Ifrap. La fondation Concorde, dans un rapport récemment rendu public (1), montre à son tour que la France des donneurs de leçons se porte bien.
Dès l’introduction, l’objectif est fixé. « L’effort que nous impose l’état de nos finances publiques exige une réduction de 10% des dotations de l’Etat aux collectivités, non compensée par des hausses d’impôts ».

La fondation Concorde ajoute qu’il est urgent d’« obtenir la transparence des flux financiers, – qui paie quoi ? -, de permettre une identification plus facile des « décideurs », et de conduire une « simplification », afin de réduire les coûts à service égal. Rien d’extraordinaire jusque là.
Mais une méthode singulière est proposée : laisser les « deux partenaires clefs du territoire s’entendre » : le préfet et l’élu local. La fondation Concorde estime au passage qu’il convient « de libérer enfin l’esprit critique des élus, et les mobiliser », notamment afin « de permettre l’éclosion d’initiatives et libérer les « entreprenants » ». Le message est clair. Les élus apprécieront !

La fondation propose, par ailleurs, de limiter la hausse des dépenses de fonctionnement des EPCI aux économies réalisées par leurs communes membres. Sans dire comment !
Mieux, le rapport propose une réactualisation de la loi Marcellin, qui réduirait le nombre de budgets communaux, tout en préservant l’identité communale. Une façon d’ignorer superbement les avancées de la construction intercommunale.

Le think-tank reprend à son compte la fusion des exécutifs départementaux et régionaux. La création d’un médiateur départemental est également proposée, de même que des fondations territoriales, utilisant « la formidable puissance de mobilisation du partenariat public/privé ».
Pourquoi pas… Par bonheur, dans ce tableau teinté d’un certain mépris pour les acteurs locaux, et pour les succès d’une décentralisation certes toujours perfectible, la fondation Concorde finit par reconnaître que « la France des collectivités locales s’est modernisée à grande vitesse pendant ces trois dernières décennies ».

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La décentralisation en mode supersonique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement