Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Drogues

A Paris, le minibus de l’association Gaia au secours des toxicomanes

Publié le 03/05/2013 • Par avec l'AFP Hugo Soutra • dans : Actu prévention sécurité

busGaia
Gaïa
Ils arrivent seuls ou par petit groupe, disent bonjour aux habitués et attendent leur tour avec impatience: chaque jour, le minibus de l'association Gaia accueille à Paris des dizaines d'usagers de drogue, venus chercher leur traitement de substitution aux opiacés. En attendant l'ouverture prévue à l'été 2013 d'une salle de consommation à moindre risques (SCMR), par la même association.

Issue de l’ONG Médecins du Monde, Gaia va bientôt prendre en charge la salle de consommation de drogue qui ouvrira à l’été 2013 près de la gare du Nord, le lieu de concentration le plus important de Paris.
Elle a été privilégiée à plusieurs autres structures d’aide aux toxicomanes pour porter ce projet expérimental, dans un paysage concurrentiel où les associations coopèrent peu: en toile de fond, une lutte pour les subventions accordées par le même financeur – la mairie de Paris.

Gaïa est, en effet, l’association parisienne la plus en pointe en matière de réduction de risques liés à la consommation. Dans la capitale, elle gère déjà deux programmes à destination des toxicomanes: une unité mobile d’échange de seringues qui reçoit plus de 2.000 personnes par an, et le Centre de soins, d’accueil et de prévention en addictologie (CSAPA), installé dans un minibus qui accueille annuellement environ 800 personnes en traitement de substitution à l’héroïne.

Mobilisation de professionnels – Sur le faubourg longeant la gare de l’Est, les usagers patientent chaque début d’après-midi devant le petit bus blanc. Beaucoup se connaissent et s’interpellent. Mais la tension peut monter très vite, quand certains sont en manque.
« J’ai trop mal », hurle en anglais Daniel, SDF alcoolisé venu avec son chien. Les quatre membres de Gaia, dont deux infirmières, désamorcent rapidement la crise et le font monter dans le minibus. Les cas de violence sont rares, « on sait y faire face », explique la directrice de Gaia-Paris, Elisabeth Avril.

« On fait ça depuis 20 ans, on pourrait nous reconnaître quelques compétences en la matière », insiste ce médecin généraliste. Défendant « un travail en collaboration » avec les toxicomanes, elle explique qu’il faut « comprendre comment ils en sont arrivés là. On ne juge pas, même si on ne dit jamais non plus que la drogue c’est bien ».

Beaucoup viennent chercher leur traitement depuis plusieurs années, comme Michelle, petite femme ronde, dans le programme depuis trois ans. Chaque jour, elle entre dans la petite pièce au fond du véhicule, à l’abri des regards, où l’infirmière, avec son numéro d’admission, retrouve sur l’ordinateur la posologie établie par un médecin.

A consommer sur place – Michelle reçoit son traitement – de la méthadone, médicament généralement administré -, directement dans un verre qu’elle doit boire sur place. S’il s’agit de cachets de Subutex, l’usager les avale aussi devant l’infirmière, « pour éviter tout trafic » explique Thomas Dusouchet, pharmacien et coordinateur du programme. Gaia fournit aussi seringues stériles, préservatifs ou lingettes désinfectantes à ceux qui le demandent.

Le traitement est prévu pour 24 heures. Rater une prise n’est pas dangereux, mais en cas d’absence de plus de deux jours, la posologie est réduite, car « on peut penser que l’usager a consommé quelque chose d’autre », ajoute-t-il.

Circuit dans le nord-est parisien – Marco, mince jeune homme à lunettes, vient depuis trois mois Porte de la Chapelle, dans le nord de Paris, deuxième étape du bus. « Ca m’a donné un équilibre. Avant je dépensais jusqu’à 100 euros par jour pour acheter des produits », explique cet ancien salarié d’une salle de concert parisienne, qui a perdu son emploi « à cause de la drogue » mais a « la chance d’avoir un appartement ».

Environ 20% des usagers du bus ont un salaire et un logement. Les autres vivent en centre d’hébergement ou dans la rue, comme Djamel, 48 ans. Visage couvert d’ecchymoses, il ne sait plus depuis quand il vient chez Gaia, mais « sans eux, je ferais n’importe quoi », dit-il. Il avoue continuer quelque fois à « faire des shoots ».
Alcool, crack, « la polyconsommation est une réalité. Nos équipes sont vigilantes au risque de surdosage. Si on a le sentiment que l’usager a déjà consommé, on réduit le traitement », explique Thomas Dusouchet.

« Consommer de la méthadone réduit la prise de risques, notamment par injection, et permet d’établir un lien avec des professionnels. C’est une première marche vers les soins » insiste-t-il. Mais « ce sont des parcours chaotiques. Certains sortent du programme et puis on les retrouve quelques années plus tard », reconnaît Elisabeth Avril.

Références

Actuellement illégales en France, les salles de consommation de drogues sont destinées aux toxicomanes de rue, précarisés et en rupture. Elles doivent leur permettre de consommer leurs propres produits dans de bonnes conditions d’hygiène et sous supervision de personnels de santé, et par la même occasion de réduire les troubles à l’ordre public.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Paris, le minibus de l’association Gaia au secours des toxicomanes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement