Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Champagne-Ardenne. Inquiétude et « journée morte » dans les Ardennes face aux pertes d’emplois

Emploi

Champagne-Ardenne. Inquiétude et « journée morte » dans les Ardennes face aux pertes d’emplois

Publié le 03/11/2006 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Face aux multiplications récentes de fermetures d’usines et un taux de chômage de 13%, les Ardennais ont tiré le 3 novembre le signal d’alarme en organisant symboliquement une journée « Ardennes mortes » contre le « gâchis industriel et humain ».
A Charleville-Mézières, préfecture du département, 1.500 personnes selon les syndicats, 1.200 selon la police ont manifesté à l’appel de la CGT et de Force ouvrière, qui avaient également lancé un mot d’ordre de grève dans le public et le privé.
« On est dans une situation d’alerte : en dix jours, il y a eu un peu plus de 450 licenciements dans le département », explique le secrétaire général départemental de la CGT, Jean-Louis Joffrin, satisfait d’une manifestation qui a rassemblé davantage de monde que lors des habituelles journées d’action.
Le département subit notamment de plein fouet la crise de la sous-traitance automobile. Les mauvaises nouvelles se sont succédé ces derniers jours avec la liquidation judiciaire de l’équipementier automobile Thomé-Génot, qui employait 300 personnes à Nouzonville.
Mais, même si le taux de chômage reste de quatre points supérieurs à la moyenne nationale, il est passé de 13,5% à 13% entre le premier trimestre et le deuxième trimestre 2006, rappelle Dominique Guérin, président UMP de la commission des affaires économiques au conseil général, malgré tout « solidaire » des manifestants.
« Pour l’instant, on fait face à un silence tonitruant de la part de Paris, ça ne pourra pas continuer », tonne Philippe Vuilque, député PS des Ardennes.
Pourtant, le 31 octobre, le ministre délégué à l’emploi, Gérard Larcher, avait promis de mettre en place un plan pour la revitalisation économique dans le département.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

L’adresse, outil de connaissance des territoires et levier d’efficacité des politiques publiques

de La Poste Solutions Business

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Champagne-Ardenne. Inquiétude et « journée morte » dans les Ardennes face aux pertes d’emplois

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement