Social

Précarité énergétique : la création du guichet unique ne suffira pas

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités, Club Santé Social

La loi du 15 avril a instauré un « service public de la performance énergétique » et l’extension des tarifs sociaux. Mais le public cible risque de ne pas s’emparer de ces dispositifs.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors que l’hiver est enfin terminé, Stéphane Joly, vice-président du centre communal d’action sociale (CCAS) de Reims (184 000 hab., Marne), s’attend à « un afflux de personnes dans l’impossibilité de payer les rappels de charges réclamés en avril et mai ».
En l’absence de chiffres actualisés (1), on peut seulement estimer le nombre de Français en situation de précarité énergétique, c’est-à-dire consacrant au moins 10 % de leurs revenus à leur facture d’énergie (chauffage essentiellement) : environ 4 millions de foyers ou 8 millions de personnes. Mais les voyants sont au rouge.

Ainsi, selon une étude de l’Union ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Références

Un dispositif à préciser

Si la loi n° 2013-312 du 15 avril 2013 crée un « service public » qui « assure l’accompagnement des consommateurs souhaitant diminuer leur consommation énergétique », il n’en précise ni les contours, ni la gouvernance, ni le financement. Le gouvernement doit remettre au Parlement un rapport sur le sujet dans un délai de neuf mois.

Commentaires

2  |  réagir

26/04/2013 11h13 - Pad

Précarité énergétique, est-ce vraiment consacrer au moins 10 % de son revenu à la facture d’énergie ? Je suis à l’ASS et, pour ne pas sombrer financièrement, je réduis drastiquement les dépenses. Cela s’applique à l’énergie, à mon chauffage électrique l’hiver. Il m’arrive d’être en dessous de ces 10 % et pourtant, vivre avec 8 °C chez soi, n’est-ce pas de la précarité énergétique ?

En somme, il faudrait que j’améliore mon confort en dépensant plus pour être reconnu comme précaire, quitte à me retrouver en litige avec mon fournisseur ! Il y a là une part d’absurdité… Quant au CCAS, tous ne pratiquent pas un appui, voire une prise en charge financière, à l’instar de celui de ma commune (- de 3500 hab.). Vers qui dois-je alors me tourner ? D’abord, si je touchais le RSA, j’aurais droit au premier tarif de EDF ; il y devrait donc y avoir déjà un souci de ne pas créer une discrimination sur cet aspect. Dans cette jungle, je ne vois donc pas d’autre solution que de mal vivre.

Quant à avoir des projets d’amélioration de l’habitat en matière énergétique, c’est un leurre. J’avais effectivement une volonté d’être un éco-citoyen en effectuant de lourds travaux pour tendre vers le HQE, le BBC. Mais de me retrouver au chômage a déjà été un coup d’arrêt, ne sachant pas ce que l’avenir me réservait. Et j’ai bien eu raison avec aujourd’hui trois ans de chômage (je suis en particulier senior) et l’ASS pour seul revenu. Dans ces conditions, le « 20 % » reste insupportable.

Signaler un abus
23/04/2013 06h09 - Emmanuel Steyler

La grande majorité des propriétaires en milieu rural avaient opté jusqu’en 2000 pour une chaudière fioul compte tenu de son coût. Les mesures concernant la précarité énergétique incitent fortement à changer d »énergie alors que les primo-accédant paient encore un crédit pour certain. L »enjeu n’est-il pas là d’alléger la facture énergétique de la France face au reste du monde ? Avec un prix au litre à 35 centimes il y a 10 ans et de près de 1 euros en 2013, ceux qui se trouvent dans cette situation sont bien ceux qui ont aussi renoncé parfois aux soins de santé, à consommer de la culture, etc. D’autre part, le salarié subi de plein fouet cette idée de « compétitivité » qui se traduit par la baisse généralisé des salaires. La question reste donc entière : comment investir dans l »isolation de son logement alors même que les besoins essentiels ne sont plus comblé ? Je ne penses pas en tous cas que les actionnaires de Total ou Edf en soient à ce poser cette question… Là est peut-être aussi la solution : un vrai service publique de l’énergie et non de la précarité énergétique.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP