logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/16416/medecins-du-monde-continuera-a-distribuer-des-tentes-cet-hiver-mais-de-veritables-logements-pour-les-sans-abris-sont-reclames/

EXCLUSION
Médecins du Monde continuera à distribuer des tentes cet hiver mais de véritables logements pour les sans-abris sont réclamés
La Rédaction | France | Publié le 07/11/2006

Médecins du monde (MDM) « continuera à distribuer des tentes à la demande des sans abris ou des riverains signalant des personnes en situation de détresse et de fatigue dans la rue, faute d’hébergement durable et d’accès effectif au logement », a annoncé, le 3 novembre l’ONG. MDM a réagi à la présentation du « plan Hiver » 2006-2007, le 2 novembre, par la ministre déléguée à la cohésion sociale, selon laquelle 4600 places de plus que l’hiver 2005-2006 vont être mises à la disposition des sans-abri dans des centres d’hébergement jusqu’au 31 mars.
En Ile-de-France, Catherine Vautrin a confirmé qu’à titre expérimental, 1.100 places d' »hébergement de stabilisation » seront proposées, sans limitation de durée et avec un accompagnement social renforcé. Cette création va « dans le bons sens », mais « le chiffre de 1100 places de stabilisation en Ile-de-France est très largement insuffisant », juge l’ONG.
« Les tentes dérangent moins dans le paysage actuel qu’au cours des mois précédents, notamment parce qu’une grande partie de leurs occupants ont été chassés dans des lieux moins visibles, aux portes de Paris ou sous les ponts », indique MDM.
L’ONG avait lancé, le 21 décembre 2005, son opération de distribution de tentes igloo à des SDF, pour réclamer des « solutions d’hébergement durable » pour les sans-logis. MDM avait alors souligné que les centres d’hébergement temporaire dans lesquels les personnes à la rue ne peuvent même pas rester la journée étaient « inadaptés ».
Par ailleurs, le collectif d’associations « ni tente, ni hôtel, ni foyer : un logement! » a déploré, le 3 novembre, que les mesures annoncées par Catherine Vautrin ne concernent que « l’hébergement d’urgence » des sans-abri et non leur « logement » dans la durée. Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de Droit au logement (DAL), a rappelé une « évidence » dont « on parle peu » : « si on a des sans-abri, ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas d’hébergement, c’est parce qu’ils n’ont pas de logement… Si aujourd’hui, Mme Vautrin annonçait qu’ils seront hébergés tout l’hiver pour finir par avoir une solution de relogement, là, on commencerait réellement à résorber le stock de sans abris! »