Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme des collectivités

Décentralisation : le gouvernement démine le terrain au Sénat

Publié le 16/04/2013 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

C’est un élu urbain, René Vandierendonck (PS) qui a été choisi comme rapporteur du premier projet de loi de décentralisation consacré en partie aux métropoles. Le gouvernement table sur une adoption du deuxième texte sur les régions et l’égalité des territoires avant la fin 2013. En revanche, le troisième projet de loi qui donne de nouveaux pouvoirs aux intercommunalités ne devrait pas être adopté avant des sénatoriales de 2014 à haut risque pour la majorité.

Surprise au Palais du Luxembourg ce 16 avril 2013. Le sénateur (PS) et président du conseil général de la Haute-Saône, Yves Krattinger, qui, paraissait tenir la corde, n’a pas été désigné comme rapporteur du premier des trois projets de loi de décentralisation présentés le 10 avril en conseil des ministres.
C’est René Vandierendonck (PS) qui assumera cette mission. L’élu siège à la Haute assemblée depuis seulement 2011. Mais l’ancien maire de Roubaix (1994-2012), toujours vice-président de la communauté urbaine de Lille Métropole, colle à la vocation urbaine du premier texte.

Les métropoles d’abord – Ce projet de loi sera débattu à la Haute assemblée à partir du 27 mai. Le gouvernement doit impérativement le faire voter avant les élections municipales de 2014. Les règles du jeu ne peuvent, en effet, être modifiées, en cours de mandat.

Au-delà des métropoles à statut particulier de Paris, Lyon et Marseille, le texte prévoit l’instauration par décret de onze métropoles à Toulouse, Lille, Bordeaux, Nice, Nantes, Strasbourg, Grenoble, Rennes, Rouen, Toulon et Montpellier. Si ce canevas est validé, les groupements concernés n’auront pas le choix. Les métropoles seront imposées par la loi, à l’instar, en 1966, des communautés urbaines de Bordeaux, Lille, Lyon et Strasbourg.
Elles disposeront de larges compétences. A partir du 1er janvier 2017, les conseils généraux devront leur transférer « différentes missions sociales : fonds de solidarité pour le logement, action sociale, insertion, aide aux jeunes en difficulté, prévention spécialisée auprès des jeunes et des familles en difficulté ».

Un schéma qui suscite l’ire de l’Assemblée des départements de France. Pour l’ADF, des « métropoles ne peuvent exister en deça d’une taille critique de plusieurs millions d’habitants ». « De surcroit, elles ne peuvent s’affirmer durablement si elles se contentent de capter les richesses aux dépends des territoires environnants », juge le groupement présidé par Claudy Lebreton (PS) dans un communiqué publié le 15 avril.

Et l’ADF de mettre en garde contre « des politiques de solidarité à deux vitesses entre les territoires urbains et périurbains ». Un point de vue partagé par des présidents de conseils généraux socialistes, souvent influents au Sénat. Lors de la réforme territoriale de 2010, la Haute assemblée avait vidé de sa substance le volet urbain du projet de loi.

A ce stade, l’exécutif affiche son volontarisme. Particulièrement à propos de la fusion des six principales intercommunalités des Bouches-du-Rhône au sein de la métropole Aix-Marseille-Provence. Une opération qui, en dehors de la cité phocéenne, provoque un tir de barrage de la part des maires concernés.
« L’argument de la proximité ne tient pas, car les conseils des territoires joueront le rôle des actuelles communautés. La vérité, c’est que les opposants à la métropole ne veulent pas partager le gâteau fiscal », tranche une source proche du gouvernement.

Les fonds structurels, dynamo pour les régions – Par ailleurs, les deux ministres en charge du dossier, Marylise Lebranchu et Anne-Marie Escoffier croient avoir trouvé la recette pour faire adopter le deuxième texte avant fin 2013.
Elles ont inséré dans ce projet de loi, dont le début de l’examen est annoncé en octobre, les dispositions relatives au transfert aux régions de tout ou partie du Fonds européen de développement régional et du Fonds social européen (hors-inclusion sociale).
Une opération qui doit être menée avant la mise en place de la nouvelle politique régionale européenne 2014-2020 au 1er janvier 2014…

Passe-t-elle nécessairement par une loi ? Non, mais le gouvernement souhaite que ses modalités soient débattues au Parlement. Et, si le transfert en lui-même ne requiert pas une loi, le transfert de la responsabilité financière aux régions relève, lui, bel et bien du Parlement. C’est, en tout cas, ce chapitre qui devrait entraîner le plus de transfert de personnels de l’Etat vers les collectivités.
Selon une estimation gouvernementale, environ 300 agents relevant des différents secrétariats généraux aux affaires régionales seraient concernés.

Le troisième texte après les sénatoriales – Enfin, des sources proches des associations d’élus et du gouvernement confirment que le troisième texte est renvoyé aux calendes grecques. Les sénateurs socialistes ont eu « la peau » de ce volet augmentant les pouvoirs des intercommunalités.

Soucieux d’éviter de se voir reprocher de telles mesures par leurs électeurs, à 95 % des représentants des conseils municipaux, ils ont obtenu que ces dispositions soient examinées en dernier. Le gouvernement a entendu leurs arguments.
Alors que les municipales s’annoncent difficiles pour la majorité, l’exécutif ne devrait pas faire adopter ce texte avant les sénatoriales de septembre 2014. Les réorganisations intercommunales avaient pesé lourd, en 2011, dans la défaite de la droite à la chambre haute.

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Décentralisation : le gouvernement démine le terrain au Sénat

Votre e-mail ne sera pas publié

logique

17/04/2013 07h42

Il est vrai que notre gouvernement investit dans la pierre… (voir leur déclaration de patrimoine… mais ils n’investissent pas dans la terre… Tous ces espaces verts, ces pâturages, ces forêts, cette ruralité, cela ne les intéresse pas ; donc il vaut mieux parles des métropoles… le reste peut brûler

faire simple

17/04/2013 03h11

nos Elus ont de grandes ambitions, mais peu de volonté dans leurs applications.
les metropoles,en soi, c’est une bonne idée. leur donner des moyens et renforcer leurs domaines de competences sont une bonne chose.

les departements n’arretent pes de pleurnicher, sur leur petit pouvoir , sur leurs petits territoires avec leurs petites ambitions. ils ne feront pas les territoires coherents de demain.

une ville se pense globale et non par superposition de pouvoirs contradictoires.

les Elus dans leur bonne volonté, en rajoutent au lieu de simplifier. il est vrai que les Elus ont des amis Elus qu’ils ne faut inquièter. les Elus cajolent les autres Elus. avec cette logique, on n’est pas sorti des petits périmetres, avec les petites responsabilité, mais on sauve les « meubles » tout le monde est content.

un peu plus de courage serait le bienvenue.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement