Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Trois actions prioritaires pour parvenir à l’équilibre dans le secteur ferroviaire, selon Jean-Louis Bianco

Transports

Trois actions prioritaires pour parvenir à l’équilibre dans le secteur ferroviaire, selon Jean-Louis Bianco

Publié le 11/04/2013 • Par Claudine Farrugia-Tayar • dans : France

Jean-Louis Bianco, qui mène actuellement une mission sur la réforme ferroviaire, a livré ses premières recommandations lors d'un colloque sur les transports organisé jeudi 11 avril 2013, par l’association Avenir-transports, et Bernard Soulage, le président des Villes et régions européennes de la grande vitesse. L’ancien ministre Jean-Louis Bianco, qui a été missionné par le ministre des Transports Frédéric Cuvillier, cible trois actions prioritaires pour parvenir à l’équilibre dans le secteur ferroviaire.

L’objectif est de constituer à terme un pôle ferroviaire, qui doit s’articuler autour de trois entités à vocation industrielle, le gestionnaire de l’infrastructure unifié (GIU), le transporteur (SNCF), ainsi qu’ « un établissement de tête dont les fonctions doivent être précisées ».

Trois « Epic » – « Les trois entités devront être des établissements publics à caractère industriel et commercial », a-t-il indiqué.

Alors que le projet de loi portant la nouvelle réforme ferroviaire doit être présenté au Parlement avant l’été, l’Association des régions de France se veut en première ligne pour défendre les intérêts des collectivités locales et des usagers.

Selon le rapporteur Jean-Louis Bianco, cette nouvelle gouvernance constituera l’un des trois volets du 4è paquet ferroviaire, aux côtés de l’interopérabilité des différents systèmes, et de l’ouverture à la concurrence des services de voyageurs, prévue en 2019.

Et de rappeler que les expériences d’ouverture à la concurrence menées en Allemagne et en Suède ont permis de réaliser des gains économiques de 20 à 30 %, et d’améliorer la productivité, tant sur le plan de la qualité de l’offre que sur son volume .
« Et ces gains permettraient de réduire la compensation versée par l’Etat aux collectivités », a-t-il ajouté.

Un Airbus du ferroviaire – De son côté, Jacques Auxiette, président de la commission ferroviaire de l’ARF, a annoncé qu’il remettrait ses conclusions au ministre des Transports Frédéric Cuvillier le 22 avril prochain.
« Nous sommes favorables à un « Airbus » du ferroviaire. Nous voulons affirmer une ambition française pour la filière ferroviaire, dans laquelle les régions sont présentes, à la fois économiquement, et sur le plan des services à l’usager. »

En revanche, le président du conseil régional Pays de Loire refuse « la tendance selon laquelle il existerait un réseau européen, un réseau national, et le reste que l’on confierait à la réalité régionale. »
Une manière d’interpeler l’Etat, autorité organisatrice des trains d’équilibre du territoire (TET), soupçonné de se délester de ce « fardeau » intrinsèquement déficitaire.

Transparence financière – « Dans nos propositions, nous allons introduire une dimension financière pour exiger l’amélioration de la transparence des comptes. Il y a quelques milliards à économiser. »
Une exigence que Jacques Auxiette souhaite voir figurer dans les prochaines conventions entre les régions, la SNCF et le futur GIU.

Parallèlement, il réclame une certaine forme de régionalisation des décisions. « Le GIU ne doit pas piloter le système ferroviaire, il doit être un simple acteur ».

Jusqu’à 50% d’économies réalisées – Mais selon Dominique Bussereau, ancien ministre et député (UMP) de la Charente-Maritime, « l’ouverture à la concurrence des TER permettrait d’économiser 35 à 50 %, et surtout d’améliorer la desserte régionale. De plus, en changeant la carte des TET, nous pourrions assurer leur rentabilité. »

Dans cette constellation de propositions, visant à démontrer l’efficacité financière de la future réforme, le président de la SNCF Guillaume Pépy ne semble pas en reste : « Tout a été dit. A présent, il faut bouger. L’Europe du rail est en retard. Et la réforme de 1997 n’a pas fait le job ! » a-t-il lancé devant un parterre particulièrement attentif, rappelant que le système actuel ne permettait pas d’offrir la meilleure qualité de service.

Une économie de 1 milliard d’euros – Globalement, le responsable estime que « la nouvelle dynamique peut permettre d’économiser un milliard d’euros par an. »
Un choc de « simplification » pour parvenir à une approche intégrée, qui ne devrait toutefois pas écorner le statut des cheminots…

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Trois actions prioritaires pour parvenir à l’équilibre dans le secteur ferroviaire, selon Jean-Louis Bianco

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement