Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Des épreuves modernisées et allégées

Publié le 10/04/2013 • Par Martine Doriac • dans : Dossiers Emploi

En réponse aux critiques, les concours sont allégés depuis dix ans. Au risque de simplifications excessives.

Selon les préconisations du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT), en 2010, et celles des auteurs des rapports « Schwartz », en 1998, et « Pochard », en 2003, les concours ont été allégés et professionnalisés au fil des refontes de cadres d’emplois. Le nombre d’écrits a été réduit et les oraux, plus proches de la réalité du travail, ressemblent à des entretiens d’embauche. Les questions, moins théoriques, reposent sur des études de cas et font appel à la culture professionnelle du candidat, mis en situation. « Les évolutions portent sur son positionnement, sa capacité à parler de son projet et à occuper un poste, au détriment d’épreuves plus académiques », indique Anthony Giunta, directeur général des services de La Courneuve et président de jury.

Culture professionnelle – « L’ancienne épreuve de culture générale a été remplacée par une autre, semblable mais plus pratique. L’oral est tourné vers le métier de fonctionnaire. C’est de la culture générale appliquée », approuve Florence Crouzatier-Durand, maître de conférences à Toulouse. La réforme, selon elle, est bien pensée. « Plusieurs écrits, c’est inutile. Il s’agit de sélectionner des candidats, affirme l’enseignante qui déplore, cependant, une baisse de niveau. Pas seulement aux concours, mais dès la première année universitaire. Etudiants et candidats manquent de bases et de curiosité, depuis quatre ou cinq ans, dans toutes les matières. Nous redéveloppons donc des cours de culture générale pour les inciter à regarder autour d’eux. Nous les invitons, aussi, à professionnaliser leur cursus. »« Il faut mettre le curseur au bon endroit : éviter aux externes les redondances avec la formation initiale, reconnaître l’expérience des internes, comme le CSFPT l’a préconisé », confirme Pierre Coilbault, maire de L’Haÿ-les-Roses et membre de jury. De là à trop simplifier, c’est le risque du processus engagé. « Un seul oral au concours interne d’auxiliaire de soins, par exemple, n’est pas pertinent, estime Francis Fargeot, directeur du CIG de la petite couronne. Sous prétexte que c’est plus simple pour le candidat, finalement, c’est frustrant pour lui et le jury. Et cela ne coûte pas moins cher, car chacun est reçu par un jury réuni durant plusieurs semaines », précise-t-il, prévoyant de demander à la direction générale des collectivités locales de retravailler le nombre et la nature des épreuves de certains concours.

Propositions du président du CNFPT

Pour « adapter les règles de recrutement », François Deluga, président du CNFPT, consacre dix de ses récentes propositions aux concours territoriaux, parmi lesquelles l’harmonisation et la dématérialisation du recensement des besoins, la base unique d’inscrits, le calendrier unique pluriannuel publié au « Journal officiel », la base de données actualisée, la révision des programmes en cohérence avec les compétences attendues, l’accompagnement des lauréats, les listes d’aptitude nationales…

« Réussir ne s’improvise pas » -Éric Deglaire, adjoint administratif 1ère classe (1)

« J’ai suivi la préparation au concours d’attaché du CNFPT, un jour par semaine durant quatre mois, une aide précieuse. Licencié en administration publique, j’ai débuté comme saisonnier, puis en emploi jeune. Animateur scolaire, j’ai réussi en 2001 le concours C d’adjoint administratif. En 2011, j’ai passé celui de rédacteur B sans succès et celui d’attaché A, pour lequel je suis une deuxième fois admissible. L’écrit de rédacteur comprenait une note sur dossier sans préconisation et des questions de culture générale. La note du concours d’attaché exige des solutions opérationnelles et la connaissance de l’environnement. En 2012, j’ai échoué à l’oral. J’étais sous pression, en retrait, pas en position de futur cadre. Cette année, pour l’écrit, je me suis entraîné seul, quatre heures le soir. J’ai lu la presse spécialisée, pour la culture territoriale, suivi l’actualité et construit des dossiers spécialisés par grands thèmes portant sur la fiscalité locale, le statut, la vie politique… »

Cet article fait partie du Dossier

Concours de la fonction publique : un gage d'égalité, malgré tout

Notes

Note 01 admissible en 2012 et en 2013 au concours interne d'attaché territorial Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Des épreuves modernisées et allégées

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement