Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Les violences et débordements commis lors de la manifestation des pompiers désavoués par leur fédération nationale

Sécurité civile

Les violences et débordements commis lors de la manifestation des pompiers désavoués par leur fédération nationale

Publié le 22/11/2006 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La manifestation des pompiers réclamant une prime et la garantie d’une retraite « décente » dès 55 ans a été marquée par des heurts violents, le 21 novembre à Paris, où quinze membres des forces de l’ordre ont été blessés, dont deux sérieusement. D’autre part, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) environ 80 pompiers ont envahi brièvement les locaux de TF1 le 21 novembre. Vers 20h45, les manifestants ont envahi le hall de la chaîne, sans violence ni dégât. « Ils ont été reçus par la direction de TF1, à qui ils ont expliqué leur situation, puis ils sont repartis dans le calme vers 21h20 », a-t-on expliqué à la préfecture des Hauts-de-Seine.
La fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) a désavoué les « actes méprisables » de certains pompiers professionnels.
Elle souhaite que « les errements de quelques-uns ne viennent pas ternir le travail que les 254.000 sapeurs pompiers de France, dont 200.000 volontaires, réalisent au quotidien à la grande satisfaction de la population, attachée à l’un des derniers services publics de proximité et de solidarité ».
La FNSPF condamne aussi « ceux qui se complaisent à allumer le feu et qui tous à leur manière se complaisent dans la critique acerbe, la provocation et l’alimentation de la crise », en faisant allusion à l’article publié le même jour dans les colonnes du Figaro. Les pompiers professionnels civils qui défilaient à Paris étaient en effet nombreux à se dire « ulcérés » par cet article les qualifiant d' »enfants gâtés de la République », aux « salaires élevés » et au « temps de travail allégé ».
Une centaine d’entre eux s’étaient ainsi rendus au siège du journal, boulevard Haussmann à Paris, à l’heure du déjeuner, et une vingtaine d’entre eux ont envahi les locaux, a-t-on appris auprès de la direction du Figaro. Une délégation de six pompiers a été reçue par la direction qui leur a dit que le journal allait préciser leur position, selon la même source. « Nous, des nantis ? Mais qu’ils viennent voir dans les cités ce qu’on prend sur la figure! », s’est insurgé Michel, pompier à Montauban (Tarn-et-Garonne), assurant percevoir « 2.250 euros nets par mois » à 51 ans, après « 30 ans » d’une carrière commencée à Paris, puis dans les Yvelines.
Devant les caméras, le secrétaire général du principal syndicat de sapeurs pompiers professionnels (SNSPP-CFTC), Patrice Beunard, juge « les propos rapportés dans Le Figaro provocateurs, démagogiques et très vilains ».

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les violences et débordements commis lors de la manifestation des pompiers désavoués par leur fédération nationale

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement